Astuces pour parler de la santé mentale

Published on
Mis à jour le
Utilise un haut-parleur de lecture Imprime un document

Parler de la santé mentale est un élément important du bien-être pour certaines personnes. Discuter de sujets liés à ta santé mentale peut t’aider à cerner tes pensées, tes sentiments, tes besoins, tes espoirs, et plus encore. Mais que faire si les gens de ton entourage ne sont pas à l’aise avec ce genre de conversation ou ne savent pas comment communiquer avec toi à ce sujet? Ici, Jeunesse, J’écoute partage des astuces pour t’aider à débuter une conversation au sujet de la santé mentale et émotionnelle avec quelqu’un en qui tu as confiance. Tu y trouveras également d’autres sources de soutien à explorer si la personne avec laquelle tu choisis de discuter n’est pas ouverte à le faire au moment où tu en as besoin. Prendre en main son propre cheminement vers le bien-être, y compris ses besoins, ses limites et bien d’autres choses encore, peut être une expérience enrichissante.

Qu’y a-t-il derrière l’inconfort de parler de la santé mentale?

La santé mentale est plus que jamais un sujet d’actualité, mais elle peut encore être un concept difficile à accepter et à comprendre pour les gens. Discuter de la santé mentale et du bien-être peut provoquer de l’inconfort, de la nervosité et même de l’embarras chez certaines personnes. Bien des facteurs peuvent contribuer à de tels sentiments, notamment :

  • une hésitation ou une peur de faire surgir des émotions fortes;
  • un manque de connaissances ou d’expérience en lien avec la santé mentale;
  • une expérience antérieure où tu as parlé de la santé mentale et qui ne s’est pas déroulée comme tu pensais;
  • des croyances culturelles;
  • les attitudes générationnelles ou familiales;
  • les iniquités au sein des systèmes de santé;
  • les idées fausses véhiculées par les médias;
  • des pratiques religieuses ou spirituelles;
  • des barrières systémiques à l’accès au soutien (p. ex., la stigmatisation, les stéréotypes, la discrimination, etc.);
  • les traumatismes.

Réfléchir à ces facteurs pourraient t’aider à déterminer la possibilité d’approcher quelqu’un pour parler de la santé mentale, ainsi que la manière de s’y prendre. Voici des questions qui pourraient alimenter ta réflexion :

  • Est-ce que l’un des facteurs ou des éléments dans la liste résonne avec ma situation, ou s’y applique?
  • Comment ces éléments peuvent-ils affecter la capacité de la personne à répondre de manière respectueuse et engageante?
  • Comment pourrais-je entamer une conversation en reconnaissant là où se positionne l’autre personne, tout en partageant mes espoirs et mes besoins?

Comment puis-je approcher quelqu’un qui n’est pas à l’aise de parler de la santé mentale?

Nous avons parfois besoin de partager ce qui nous arrive avec une personne en qui nous avons confiance et de qui nous sentons une proximité (p. ex., des amis, des membres de ta famille, des membres de la communauté, etc.) Si tu crois que la personne à qui tu dois parler n’est pas très réceptive (ouverte) à l’idée de discuter de la santé mentale, tu peux essayer plusieurs choses pour partager ce qui te préoccupe tout en respectant ses limites (astuces de nos amis d’Allo J’écoute).

Bien que tu puisses préparer ou planifier comment aborder une discussion, essaie de garder à l’esprit que la façon dont la personne réagit dépend en fin de compte d’elle seule. Aussi difficile que cela puisse être, ce n’est pas à toi que revient la tâche de faire changer d’avis les autres à propos de quelque chose. Cependant, c’est à toi de décider de la manière dont tu vas réagir dans les circonstances. Personne d’autre que toi ne sait ce que tu penses et ce que tu ressens, ce que tu aimerais que ton cheminement vers le bien-être soit et quelles sont les personnes en qui tu fais confiance pour te soutenir en cours de route.

N’oublie pas que c’est normal si tu décides d’entrer en contact avec quelqu’un d’autre en qui tu as confiance, ou de chercher un soutien professionnel, pour prendre soin de toi. Les conseils ci-dessous sont destinés à te donner les moyens de parler aux personnes avec qui tu te sens le plus proche si/quand c’est le bon moment.

Astuce no 1 : Fais savoir à la personne que tu aimerais lui parler

Tu peux informer la personne que tu aimerais échanger avec elle à propos de quelque chose qui te tient à cœur, même si cela peut être difficile pour elle (ou même pour vous deux) d’en parler. Invite-la à discuter dans un espace et à un moment qui vous conviennent à tous les deux.

Tu peux aussi demander à l’autre personne si elle a des limites qu’elle aimerait faire respecter. C’est peut-être le bon moment pour parler des tiennes ou de discuter de tes attentes concernant la conversation. De cette façon, tu peux t’assurer de ta propre sécurité avant tout. Avant la discussion, tu peux aussi consulter ces ressources pour obtenir des conseils concernant l’identification de tes émotions et la réflexion à leur sujet :

Astuce no 2 : Partager des ressources utiles avec la personne

Une autre façon d’aborder un sujet difficile est de partager des ressources qui y sont liées avec l’autre personne. Tu peux lui dire que tu aimerais lui envoyer des documents à lire (par elle-même ou en ta compagnie) pour mieux la préparer à discuter avec toi. Ces ressources peuvent aborder le sujet de la santé mentale en général ou précisément le sujet que tu aimerais approfondir. Tu peux même choisir de partager des histoires vraies vécues par des personnes aux expériences similaires, ce qui peut aider à s’identifier et à se sentir moins seul. Voici quelques ressources essentielles à prendre en compte ou qui peuvent être utiles pour toi et les autres personnes t’accompagnant dans ton cheminement vers le bien-être :

Astuce no 3 : Débuter une conversation

À ce moment, si tu as l’impression que la personne en qui tu as confiance est plus ouverte à discuter de la santé mentale, tu peux avoir une discussion avec elle. Tu peux lui demander de garder l’esprit ouvert et de te dire si tu abordes un sujet qui demeure difficile pour elle pour le moment. Tu peux aussi utiliser des mots qui peuvent lui sembler familiers (p. ex., tu peux dire : « J’ai besoin de te parler de mes sentiments… » ou « J’aimerais travailler sur mon bien-être avec toi… », etc.).

Le fait de partager dès le départ tes espoirs et tes besoins dans le cadre de cette conversation peut t’aider à aborder les points qui te font sentir un peu vulnérable. Cela peut être particulièrement utile lorsque tu partages ton vécu avec une personne qui n’est peut-être pas aussi disposée à parler d’un sujet précis. Bien que nous ne puissions pas garantir le résultat, nous pouvons aider à rendre les choses claires pour l’autre personne autant que nous le pouvons. Cela peut augmenter les chances d’obtenir une réponse qui te semble utile.

Pour ce faire, tu peux commencer par te demander : « Qu’est-ce que j’espère le plus retirer de cette conversation? » Au cours de la discussion, tu pourrais dire quelque chose comme : « En partageant cela avec toi, j’espère que… », ou encore, « Je sais que ces choses peuvent être difficiles à aborder. J’ai juste vraiment besoin de… » ou « Je n’ai besoin de personne pour régler ce problème, j’ai seulement envie que quelqu’un sache que… »

Tu peux utiliser les conseils contenus dans les ressources ci-dessous pour poursuivre ta conversation tout en privilégiant ta santé mentale et ta sécurité :

Astuce no 4 : Examiner les autres soutiens possibles

Il faut parfois quelques essais pour trouver la meilleure personne à qui parler de ce qui te tracasse. Si tu n’as pas l’impression que la première personne à laquelle tu t’adresses peut t’aider dans l’immédiat, tu peux entrer en contact avec une autre personne en qui tu as confiance ou effectuer des recherches sur les manières autonomes de t’apporter du soutien. Nous t’invitons à consulter les ressources ci-dessous pour poursuivre ton cheminement vers le bien-être : 

Parler de la santé mentale peut s’avérer difficile pour certaines personnes. Il est bon de garder à l’esprit que le soutien est toujours disponible, même s’il faut un certain temps pour trouver ce qui fonctionne le mieux pour toi. Si tu veux parler de tes options et de ce que tu vis, tu peux toujours communiquer avec un adulte de confiance ou Jeunesse, J’écoute. Nous pouvons t’écouter et t’aider à aborder ta situation, incluant en t’aidant à parler aux personnes qui t’entourent. Tu peux aussi choisir de contacter Jeunesse, J’écoute pour pratiquer avoir une conversation difficile, ou simplement pour échanger avec une autre personne. Si tu es en crise et tu as besoin de soutien immédiat, tu peux contacter les services d’urgence ou le soutien mobile en cas de crise (s’il est offert) dans ta région. Ta sécurité et ton bien-être sont essentiels.