Qu’est-ce que la consommation de substances ?

Published on
Mis à jour le
Utilise un haut-parleur de lecture Imprime un document

Beaucoup de gens vont utiliser des substances à un moment donné, sans que cela ne pose problème. Les substances sont souvent appelées drogues et/ou alcool. Ces trois termes seront utilisés dans ce texte pour parler de la même chose. La consommation de substances est considérée comme étant problématique lorsqu’elle provoque des effets nuisibles (p. ex., troubles à la maison ou à l’école, répercussions négatives sur la santé mentale et/ou physique, etc.). Jeunesse, J’écoute partage ici des informations importantes au sujet de la consommation de substances afin que tu puisses faire des choix éclairés.

La consommation de substances peut avoir un impact immédiat et à long terme, sur le corps et le cerveau. Comme les risques et les impacts sont plus importants dans le cas de certaines substances que d’autres, il est important de se renseigner à propos d’une substance avant d’en faire l’utilisation.

Quels sont quelques-uns des types de substances?

Voici des catégories et des exemples de substances (à noter que certaines substances peuvent être classées dans plus d’une catégorie) :

  • le tabac et la nicotine (cigarettes, cigarettes électroniques, le vapotage, narguilé ou pipe, etc.);
  • l’alcool;
  • le cannabis (aussi appelé marijuana, herbe, ganja, joint ou « shit »);
  • les stimulants (p. ex., cocaïne, métamphétamine, speed, ecstasy, MDMA, molly, etc.);
  • les opiacés (p. ex., héroïne, oxy, fentanyl, etc.);
  • les sédatifs (p. ex., kétamine, médicaments sur ordonnance tels qu’Ativan, Valium, Xanax, etc.);
  • les hallucinogènes (p. ex., LSD/acide, PCP, champignons magiques, etc.);
  • les substances inhalées (p. ex., colle, essence, etc.).

Comment savoir quelles drogues sont légales ou illégales?

De nombreuses drogues sont légales. Certaines, comme l’alcool, le cannabis et le tabac, sont légales pour les personnes de plus d’un certain âge. Les lois qui régissent ces drogues varient d’une province/territoire à l’autre. D’autres substances, comme le café, sont légales pour tout le monde.

Les médicaments sur ordonnance, comme les antidouleurs et les antibiotiques, sont également légaux. De nombreuses drogues peuvent être produites et vendues de manière légale ou illégale. Certaines drogues légales, par exemple, sont vendues illégalement, sans ordonnance du médecin, pour un usage récréatif. La consommation d’un médicament qui ne t’a pas été prescrit est considérée comme illégale.

Les médicaments sont généralement sans danger si tu les prends tels qu’ils t’ont été prescrits par un médecin. Tu peux aussi acheter certains médicaments, comme du sirop contre la toux et certains analgésiques, dans une pharmacie ou un autre magasin (ces médicaments sont considérés « en vente libre »). Le mode d’emploi de ces médicaments figure sur l’étiquette. Le fait de dépasser la dose recommandée ou de mélanger ces médicaments peut entraîner une maladie, une dépendance et même une surdose. Par ailleurs, il est important de consulter un médecin ou un pharmacien au sujet de tout médicament que tu prends, surtout si tu as des questions ou des inquiétudes.

Pourquoi les gens consomment-ils des substances?

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les gens utilisent des substances :

  • par curiosité;
  • pour expérimenter;
  • lors de célébrations;
  • pour se sentir bien;
  • pour vaincre leurs inhibitions;
  • pour gérer les émotions difficiles (p. ex., colère, stress, anxiété, ennui, dépression, etc.); 
  • pour avoir davantage de confiance en soi;
  • pour diminuer le stress;
  • pour se rebeller;
  • pour surmonter des expériences traumatisantes, incluant la discrimination, le racisme et l’oppression systémique;
  • par pression sociale ou sous l’influence d’amis ou de pairs;
  • pour imiter un parent ou un tuteur;
  • pour acquérir un sentiment d’appartenance ou d’acceptation sociale;
  • pour éviter le rejet;
  • en réaction à des messages, véhiculés à la télévision, dans les films ou sur les médias sociaux, qui dépeignent la consommation comme étant « cool » et amusante.

Quels sont les effets de la consommation de substances?

Toutes les substances ont des effets sur l’humeur qui peuvent entraîner des répercussions sur le plan mental, émotionnel et physique. Par exemple, tu pourrais te sentir « high » (une sensation qui n’est pas la même d’une personne à l’autre). Tu pourrais aussi ressentir de la joie ou de l’euphorie, de l’énergie ou le besoin de faire de l’introspection ou de méditer.

Si une personne consomme souvent une même substance, cela peut modifier la chimie de son cerveau et de son corps, ce qui peut compliquer le fait d’arrêter de consommer ce produit. Plusieurs drogues, par exemple, procurent un sentiment de bien-être (qui peut être temporaire) en incitant le cerveau à produire plus de dopamine (un messager chimique du cerveau) qu’il ne le ferait en temps normal. Le cerveau peut perdre une partie de sa capacité à produire naturellement de la dopamine. Cela veut dire qu’une personne peut vouloir continuer à consommer des drogues pour ressentir de nouveau ces sensations agréables ou pour faire face à des sentiments difficiles (p. ex., tristesse, anxiété, colère, etc.). La dopamine peut procurer des sensations d’euphorie, de bonheur et de plaisir.

La dopamine est une substance chimique naturelle, qui peut aussi être produite par certaines activités comme manger, faire de l’exercice, méditer, écouter de la musique et passer du temps à l’extérieur.

Quels sont les risques associés à la consommation de substances?

La consommation de substances comporte des risques physiques, émotionnels et sociaux, s’échelonnant de légers à graves, qui peuvent également varier en fonction de la substance concernée. Voici quelques exemples :

Dangers physiques

  • L’alcool peut provoquer des lésions au foie.
  • L’injection de substances à l’aide de seringues souillées peut causer des infections telles que l’hépatite ou le VIH/SIDA.
  • La consommation de substances peut affecter le bébé d’une femme enceinte.
  • Les personnes qui se procurent des substances illégalement ne peuvent pas vraiment savoir ce qu’ils consomment. Certains mélanges de drogues et de produits chimiques s’avèrent dangereux.
  • La conduite avec facultés affaiblies (c’est-à-dire en état d’ivresse ou sous l’emprise de drogues) peut affecter l’attention, le temps de réaction et la capacité à évaluer les distances, et éventuellement augmenter le risque de décès ou de blessure.
  • Diverses substances peuvent affecter la coordination, les sens, la mémoire et le jugement, ce qui peut engendrer des risques à la sécurité.
  • Une surdose  peut causer des dommages graves et immédiats au niveau physique et mental, voire la mort.

Dangers émotionnels

  • La consommation de substances peut nuire au développement et à l’utilisation de stratégies d’adaptation pour mieux faire face à diverses émotions difficiles (p. ex., la tristesse, l’anxiété, la colère, etc.).
  • Avec le temps, la consommation de substances peut aggraver les difficultés émotionnelles, et peut être particulièrement néfaste pour les jeunes qui sont à risque de développer des troubles mentaux (p. ex., de la dépression, de la psychose, etc.).
  • Certaines substances peuvent entraîner de la confusion, de l’anxiété, des troubles mentaux, des difficultés d’apprentissage ou des troubles de la mémoire à court terme.

Dangers sociaux

  • La consommation de substances peut exercer de la pression sur les relations et augmenter la probabilité de conflits (p. ex., avec les parents, les tuteurs, les partenaires, les amis, les enseignants, etc.).
  • Cette consommation peut nuire à la capacité d’une personne à bien fonctionner à l’école ou au travail, et entraîner une perte d’intérêt pour des loisirs qui étaient auparavant appréciés.
  • Comme certaines substances sont habituellement obtenues illégalement, leur consommation peut être associée à la violence et à la criminalité.
  • Les condamnations liées aux substances peuvent entraîner une amende, une peine de prison et la création d’un casier judiciaire. Ce casier peut avoir un effet sur les condamnations futures, la carrière et la liberté de se déplacer d’une personne.

Qu’est-ce que le sevrage?

Le terme « sevrage » fait référence aux symptômes physiques et psychologiques (la « chair de poule », entre autres) qui apparaissent chez une personne qui réduit considérablement ou cesse complètement sa consommation de substances. Ces signes et symptômes de manque peuvent aller d’un léger malaise (p. ex., des maux de tête, perspiration, vomissements, troubles du sommeil et tremblements) à un état de crise. Certains effets du sevrage peuvent même être fatals. Il pourrait être bon de consulter un médecin ou un adulte de confiance avant de commencer le sevrage d’une substance ou pendant ce processus.

Quand la consommation de substances devient-elle problématique?

Certains jeunes peuvent faire l’essai des drogues et de l’alcool, puis cesser d’en consommer ou ne le faire qu’à l’occasion, sans que cela impacte leur vie de façon significative. Toutefois, certaines personnes peuvent évoluer vers un comportement plus risqué.

La dépendance est un terme communément utilisé pour décrire le moment où un comportement devient hors de contrôle, généralement de manière nuisible. La définition de dépendance (ou parfois, toxicomanie) peut varier d’une personne à l’autre et même d’une culture à l’autre. Si une personne développe une dépendance psychologique ou physique aux substances, elle peut recevoir un diagnostic plus formel connu sous le nom de troubles liés à l’utilisation de substances. En ce qui concerne les risques et les méfaits de la consommation de substances, nous préférons utiliser le terme de consommation problématique, qui décrit la consommation d’une substance au point où elle a des effets négatifs sur la santé physique, émotionnelle ou sociale de la personne.

Les signes de troubles liés à l’utilisation de substances comprennent :

  • L’envie d’une substance (le sentiment de devoir en avoir ou d’en dépendre).
  • Le sentiment de ne pas pouvoir contrôler la quantité ou la fréquence de la consommation d’une substance.
  • L’obsession de consommer une substance.
  • La consommation d’une substance malgré ses effets négatifs.

Le cerveau continue à se développer jusque dans la mi-vingtaine : cela signifie que la partie du cerveau qui est responsable du jugement prend beaucoup de temps à arriver à maturation, et qu’un jeune peut avoir du mal à déterminer quelle quantité d’une substance est excessive et quand s’arrêter. Les jeunes peuvent également avoir du mal à comprendre pleinement les risques de la consommation de substances à long terme (p. ex., les effets sur les organes internes, les fonctions cérébrales, la capacité d’attention, la mémoire, etc.). 

Comment les jeunes peuvent-ils éviter que la consommation de substances ne devienne problématique?

Il existe certains facteurs de protection contre les troubles liés à l’utilisation des substances chez les jeunes, par exemple :

Si tu décides de consommer des drogues et de l’alcool, il est important d’apprendre à assurer ta sécurité et à réduire les risques de préjudice. Cela pourrait également être utile d’apprendre à reconnaître une surdose de drogue ou d’alcool et d’être au courant des signes, des symptômes et des mesures à prendre pour assurer la sécurité de ton entourage.

Si tu choisis l’utilisation de substances, il est important de te renseigner. Si tu crains que toi ou quelqu’un de ton entourage consommiez des substances de manière problématique, tu peux explorer l’outil Ressources Autour de Moipour trouver du soutien dans ta région. Tu peux toujours appeler un intervenant de Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868 si tu as des questions ou des préoccupations à propos de la consommation de substances. Tu peux aussi discuter avec un répondant aux crises bénévole en textant le mot CONNECT à 686868 ou par Facebook Messenger.