Comment aider un ami à gérer ses pensées suicidaires ?

Publié le
Updated on
Volume Print

Tout le monde joue un rôle important dans la prévention du suicide. Si tu penses qu’une personne proche de toi a des pensées suicidaires, voici ce que tu peux faire pour l’aider. Il est également important de connaître tes limites et de penser à ton bien-être. Jeunesse, J’écoute te donne des renseignements sur les signes avant-coureurs, des conseils pour aider un ami et des façons de prendre soin de toi.

Comment puis-je savoir si quelqu’un a des pensées suicidaires?

Les pensées suicidaires, qui peuvent se manifester de multiples façons, sont uniques à chacun. Bien que la majorité des personnes qui se suicident montrent des signes avant-coureurs préalables à l’acte, ceux-ci ne sont souvent pas reconnus, en raison de la stigmatisation, de la mésinformation et d’un manque d’éducation concernant le suicide.

Signes avant-coureurs

Changement brusque d’humeur ou de comportement

Un changement brusque dans le comportement ou l’humeur d’une personne peut indiquer que quelque chose cloche chez elle. Ceci peut se manifester de diverses façons. Elle peut par exemple :

  • faire des blagues sur le suicide;
  • changer considérablement sa routine;
  • se replier sur elle-même ou trouver des excuses pour ne pas sortir;
  • prendre plus de risques;
  • s’isoler;
  • donner ses choses;
  • commencer à consommer des substances en plus grande quantité ou à faire usage de nouvelles substances.

Tu peux aussi remarquer qu’elle semble irritée, fâchée, désespérée, contrariée ou blasée. Si un ami ou une personne que tu connais agit d’une façon qui t’inquiète, tu peux faire quelque chose pour l’aider.

Pensées et émotions qui expriment l’impuissance ou le désespoir

Une personne qui a des pensées suicidaires peut sincèrement croire que la mort est la seule façon de régler ses problèmes ou de surmonter ses difficultés. C’est important de se rappeler qu’une personne qui parle de suicide ne souhaite pas nécessairement mourir, mais veut plutôt exprimer la douleur intense qu’elle ressent. Parler de suicide, c’est peut-être une manière d’appeler à l’aide. Tu peux reconnaître cette détresse avec des phrases comme :

  • « Tout le monde s’en fout. »
  • « Je ne suis plus capable. »
  • « Le monde serait mieux sans moi. » 
  • « Ça ne vaut pas la peine. » 
  • « Bientôt, je ne serai plus là. » 
  • « Je suis un fardeau. »
  • « Je n’aurais pas à gérer ça si j’étais mort. »
  • « J’aimerais être mort. »
  • « J’aimerais ne jamais avoir été né. »
  • « Mourir est la seule chose qui peut m’aider. »
  • « Les choses n’iront jamais mieux. »
  • « Je ne peux rien y faire. »
  • « Je n’ai pas d’avenir. »
  • « Je veux juste que ça arrête. »

Les pensées suicidaires se manifestent différemment pour chacun

Le fait de présenter l’un de ces signes (changer d’humeur ou de comportement, exprimer de l’impuissance ou du désespoir, penser que la mort est la seule solution) ne veut pas automatiquement dire qu’une personne a des pensées suicidaires. À l’inverse, une personne qui a des pensées suicidaires peut aussi bien ne montrer aucun de ces signes. En tant qu’allié et ami, apprendre ces signes avant-coureurs et ces phrases-clés peut t’aider à reconnaître qu’une personne dans ta vie a besoin d’aide. 

Tu peux en apprendre plus sur les raisons qui font qu’une personne peut développer des pensées suicidaires en cliquant ici. Pour plus d’information sur les signes avant-coureurs du suicide, tu peux regarder la vidéo suivante :

Si tu as des idéations suicidaires ou si tu ressens un sentiment de désespoir (ou si quelqu’un que tu connais a de telles pensées), n’oublie pas que tu peux obtenir de l’aide. Tu peux obtenir du soutien en matière de santé mentale en communiquant avec un intervenant professionnel ou un Répondant aux crises bénévole de Jeunesse, J’écoute 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

Comment aider une personne pour qui je m’inquiète?

Il peut être difficile d’aborder le sujet du suicide avec quelqu’un. La personne à propos de qui tu t’inquiètes peut se sentir gênée et te demander de ne rien dire. Il est aussi possible qu’elle ait déjà demandé de l’aide et qu’elle ait eu une mauvaise expérience. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il peut être difficile de demander de l’aide. Tu trouveras ci-dessous des choses à faire pour aider tes proches.

Montre que tu te soucies d’eux

Parle à la personne qui t’inquiète. Dis-lui que tu t’inquiètes pour sa sécurité et qu’elle peut te demander de l’aide. Tu peux aborder la conversation avec des phrases neutres comme :

  • « T’as l’air plutôt déprimé ces temps-ci. T’as envie d’en parler? » 
  • « Je m’inquiète pour toi. Peux-tu me parler un peu plus de ce qui se passe? »
  • « Je sais que ça peut être difficile de parler de tes émotions, mais si tu veux, je suis là pour toi. »

Oriente la conversation sur la personne dans son ensemble et non seulement sur ses difficultés en lui rappelant ses forces et ses qualités. Offrir un espace à ton ami peut l’aider à reconnaître sa douleur, faire le tri dans ses pensées, prendre du recul et se sentir moins seul. Tu n’as pas à régler ses problèmes. Le fait de simplement écouter sans jugement peut être d’une grande aide.

Pose la question directement

C’est correct de demander directement à une personne si elle songe au suicide. Parler ouvertement et directement du suicide indique à la personne que tu remarques ce qui se passe et que tu te soucies d’elle, ce qui permet également de diminuer la stigmatisation et la honte. Beaucoup de personnes qui ont des pensées suicidaires ont de la difficulté à s’ouvrir et peuvent ressentir un soulagement lorsqu’on leur en parle. Tu pourrais lui demander :

  • « As-tu des pensées suicidaires? »
  • « Est-ce que tu penses à la mort? »
  • « Songes-tu au suicide? »

Lorsque tu lui poses ces questions, tu peux aussi aborder les signes avant-coureurs mentionnés ci-dessus pour expliquer pourquoi tu abordes le sujet. Par exemple, tu peux dire : « Parfois, quand une personne fait des blagues sur la mort, c’est parce qu’elle pense au suicide. As-tu des pensées suicidaires? » ou « J’ai remarqué que tu étais plus renfermé dernièrement. Est-ce que tu penses à la mort? »

Le suicide est un sujet très sérieux et ne doit pas demeurer secret. Si ton ami admet avoir des pensées suicidaires, c’est important de lui trouver de l’aide. Offre à ton ami de l’accompagner pour parler à un adulte de confiance ou reste avec lui pendant qu’il communique avec Jeunesse, J’écoute. Nos intervenants professionnels et nos Répondants aux crises bénévoles offrent un soutien 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

Si tu penses que ton ami est en danger, appelle le 911, les services d’urgence ou le soutien mobile en cas de crise (si disponible).Si tu as peur que la personne se fasse du mal et que tu n’as pas la possibilité d’établir un plan pour sa sécurité, il s’agit d’une urgence. Il est important d’impliquer des professionnels de la santé ou en santé mentale pour s’assurer que ton ami reçoive l’aide dont il a besoin.

Obtiens du soutien

Il peut être difficile de venir en aide à quelqu’un en lien avec le suicide, mais tu n’as pas à assumer cette situation tout seul. En tant qu’ami, tu dois prendre soin de toi aussi, par exemple en communiquant avec ta communauté ou en prenant soin de toi. Si tu veux parler à quelqu’un, tu peux contacter un intervenant, un ami, un professeur, un parent/tuteur, un Aîné ou Jeunesse, J’écoute pour avoir de l’aide.

La perte d’un proche qui s’est suicidé peut être difficile à vivre. Si tu connais une personne qui s’est suicidée, il est important de comprendre que tu n’as rien à te reprocher. Il est normal de ressentir de la culpabilité et de la confusion, mais tu n’es pas responsable des actions des autres. Il est important de faire preuve de compassion et d’indulgence envers toi-même pendant que tu vis ton deuil.

Il peut être difficile d’aider un ami qui a des pensées suicidaires. Souviens-toi des signes avant-coureurs et n’oublie pas de prendre soin de toi aussi. Tu peux être fier de prendre le temps d’apprendre comment réagir et d’aider ton ami à traverser ce qu’il vit.

Rétroaction sur la ressource
Cette page t’a-t-elle aidé?
Cette page t’a-t-elle permis d’apprendre quelque chose que tu pourrais appliquer dans ta vie?
As-tu reçu le soutien que tu cherchais de Jeunesse, J’écoute aujourd’hui?