La puberté, la transition et autres choses importantes

L’identité de genre et l’expression de genre ne sont que deux pièces du casse-tête qui composent ton identité. La puberté est une pièce importante de ce phénomène, et il peut être très difficile de lui trouver une place. Pour les gens qui s’identifient comme transgenres (trans), la puberté peut être une période particulièrement pénible. Découvrir certains des sentiments que les trans peuvent ressentir pendant la puberté – et le processus de transition – peut tous nous aider à mieux comprendre ce puzzle.

Quel est le rapport entre la puberté et la transition?

Pendant la puberté, ton cerveau et ton corps se développent pour te préparer aux expériences que tu pourras connaître plus tard (par exemple, la sexualité, la reproduction, etc.). C’est comme si tu cheminais sur le sentier qui te mènera à la maturité physique. Pendant cette période, certaines parties de ton corps commenceront à se développer et à changer. Certain aspects physiques et certaines caractéristiques sexuelles risquent de devenir beaucoup plus évidents pendant la puberté.

Pour les personnes à qui on a assigné le sexe féminin à la naissance, ces caractéristiques peuvent inclure :

  • des hanches plus larges et plus rondes;
  • le développement des seins;
  • la croissance du pilosité;
  • les menstruations;
  • les poussées de croissance.

Pour les personnes à qui on a assigné le sexe masculin à la naissance, ces caractéristiques peuvent inclure :

  • la croissance de la pilosité faciale;
  • la croissance de la pilosité corporelle;
  • l’élargissement des épaules;
  • une voix plus grave;
  • la croissance du pénis et des testicules.

Avec ces changements, une personne qui s’identifie comme trans pourra se sentir encore plus étrangère dans son corps qu’avant la puberté. Il est possible que ça arrive parce qu’il n’y a pas de correspondance entre le sexe qui lui a été assigné à la naissance et le genre qu’elle ressent à l’intérieur pour une personne s’identifiant comme étant transgenre (trans). Pour les gens trans, cela pourra être une source de détresse et d’angoisse.

Qu’est-ce que la transition de genre (ou transidentité)?

Une façon d’affronter ces sentiments est d’entamer le processus de transition de genre (ou de transidentité). La transition consiste à modifier la manière dont vous vous présentez (physiquement, juridiquement, socialement, etc.) de façon à afficher votre genre réel à la face du monde.

Certaines personnes font cette transition et affirment leur genre en :

  • s’habillant/se présentant d’une certaine manière;
  • adaptant leur entraînement pour rehausser/raffermir certains muscles spécifiques;
  • éliminant ou laissant pousser les poils à certains endroits;
  • changeant leur prénom ou pronom.

Certaines personnes pourront adopter une transition médicale. Dans ce cas, tu peux avoir recours à un traitement hormonal et à la chirurgie pour modifier ton corps, si c’est ce qui te semble approprié. Réfléchir aux méthodes médicales d’affirmation du genre avant le début de la puberté pourra être une option pour certaines personnes – cela pourra permettre de devancer les changements que subira ton corps avant d’arriver à l’âge adulte.

Il est important de garder en tête que chacun vivra la transition médicale à sa façon. Certains trans pourront choisir la transition, d’autres pas, et pour d’autres encore, cela ne pourra  pas être possible (en raison de circonstances, de leur situation financière, etc.). Tu n’as pas besoin d’une transition médicale pour être qui tu es.

Qu’est-ce que l’hormonothérapie?

Typiquement, les modulateurs endocriniens (ou inhibiteurs d’hormones) seront un premier pas pour les jeunes trans qui demandent un traitement médical et qui n’ont pas encore entamé la puberté (ou qui n’en sont qu’au début de la puberté). Les modulateurs endocriniens sont un type d’hormonothérapie. Ils permettent aux jeunes trans qui n’ont pas encore entamé la puberté (ou qui n’en sont qu’au début de la puberté) de réfléchir à la manière dont ils souhaitent exprimer et affirmer leur identité de genre. Les inhibiteurs d’hormones peuvent bloquer les hormones qui déclenchent la puberté afin d’éviter, pour le moment, d’avoir à subir les changements physiques qui l’accompagnent. L’utilisation de ces inhibiteurs est habituellement temporaire – les jeunes trans peuvent décider d’interrompre le traitement et d’aller de l’avant avec leur puberté, ou demander d’autres hormonothérapies ou chirurgies d’affirmation de genre.

L’hormonothérapie pourra inclure le recours à des hormones (de féminisation ou de masculinisation) pour aider à aligner ton corps au genre auquel tu t’identifies. Tu peux faire des  recherches ou parler à un spécialiste de la santé qui s’y connaît pour découvrir les différentes hormones disponibles (par exemple, testostérone, œstrogène, antiandrogène, etc.). Certains résultats de l’hormonothérapie pourront être permanents, tandis que d’autres pourront être réversibles (ou partiellement réversibles). L’hormonothérapie devrait toujours être administrée par un professionnel de la santé qui s’y connaît (par une injection, un gel, un comprimé, etc.) à une dose qui est appropriée/sécuritaire pour toi.

Tu peux parler à un professionnel de la santé qui s’y connaît, visiter une clinique de santé sexuelle ou communiquer avec le ministère de la santé de ta province ou de ton territoire pour en apprendre plus au sujet de l’hormonothérapie. Tu peux aussi visiter Ressources Autour de Moi pour découvrir les ressources offertes aux LGBTQ2S+ près de chez toi.

Qu’est-ce que la chirurgie d’affirmation de genre?

Comme l’hormonothérapie, la chirurgie d’affirmation de genre est une méthode par laquelle les trans peuvent modifier leur corps pour qu’il corresponde à leur identité de genre, si c’est le choix qu’ils font. Plusieurs options s’offrent à ceux et celles qui s’intéressent à la chirurgie. Les chirurgies d’affirmation de genre sont habituellement permanentes, donc il est important de prendre une décision éclairée si c’est ce que tu veux faire. Il est important de vérifier si la chirurgie que tu envisages est remboursée par les assurances ou si des subventions gouvernementales sont disponibles. Les jeunes des Premières Nations pourront avoir droit à un financement par le biais du principe de Jordan, si la chirurgie est recommandée par un professionnel de la santé et s’ils ont l’accord de leur parent ou d’un proche soignant.

La chirurgie de masculinisation implique une modification de ton corps pour qu’il semble plus masculin et que tu le ressentes ainsi. Les options chirurgicales pourront inclure :

  • hystérectomie (ablation de l’utérus, des ovaires et des trompes de Fallope);
  • élargissement du clitoris;
  • reconstruction de la poitrine (ablation du tissu mammaire).

La chirurgie de féminisation implique une modification de ton corps pour qu’il ait l’air plus féminin et que tu le ressentes ainsi. Les options chirurgicales pourront inclure :

  • orchidectomie (ablation des testicules);
  • construction mammaire (élargissement des seins);
  • vaginoplastie (création d’un vagin et d’une vulve).

Quand il est question de chirurgie d’affirmation du genre ou d’hormonothérapie, il est important de discuter des options avec un professionnel de la santé qui s’y connaît. Tu peux poser tes questions à ton médecin, chirurgien, etc. (par exemple, concernant leur expérience des soins de santé destinés aux trans, leurs recommandations post-traitement, etc.). Ton professionnel de la santé devrait appuyer tes choix, te faire sentir à l’aise et être en mesure de te fournir/trouver des réponses. Tu peux communiquer avec un conseiller de Jeunesse, J’écoute ou visiter Ressources Autour de Moi pour t’aider à trouver un professionnel de la santé ou obtenir plus d’information.

Souviens-toi qu’il n’y a pas de façon unique d’exprimer ton identité de genre. La manière dont tu choisis de te présenter t’appartient entièrement. Même si la transition peut être difficile, plusieurs trans ressentent des bénéfices (par exemple, de liberté, d’indépendance, de quiétude) quand leur esprit et leur corps sont alignés.

Si tu as des questions concernant l’identité de genre, la puberté ou la transition, tu peux en parler à un adulte en qui tu as confiance, comme un parent ou un proche aidant, un professionnel de la santé ou une autre personne bien informée en qui tu as confiance. Souviens-toi que tu peux appeler Jeunesse, J’écoute 24 heures par jour, sept jours par semaine, pour obtenir de l’aide.


Si vous voudriez en connaître davantage sur ce sujet, vous pouvez communiquer avec un intervenant par téléphone ou Clavardage en direct.