Alicia Raimundo : Les changements en lien avec la COVID-19

Publié le
Updated on
Volume Print

Cet article a été rédigé par Alicia Raimundo, ambassadeur.se de Jeunesse, J’écoute. Alicia milite et supporte la santé mentale et adore les jeux vidéos.

Alicia utilise les pronoms de genre neutre tels que « they » et « them » en anglais.

Le monde n’est plus pareil. La COVID-19 a changé comment les choses se passent à l’école, chez nous et même au niveau de nos relations avec les autres.

C’est compréhensible que ce changement soit difficile et c’est correct de vouloir que les choses reviennent comme avant. Et c’est aussi correct d’apprécier cette nouvelle réalité, de constater à quel point les gens se rapprochent, se soutiennent et se tournent vers un futur qu’ils veulent et qu’ils sont prêts à construire.

Cette année, j’ai raté la célébration d’un anniversaire important, la naissance de nièces, neveux et cousins. Je n’ai pas pu soutenir en personne ma famille et mes amis lors de moments difficiles. Je n’ai pas vu ma famille depuis le mois de février dernier, ce qui a été très dur. Je sais que bien des gens ont raté leur remise de diplôme, des mariages, et bien d’autres événements importants.

Bien que la façon dont j’affronte les changements et la COVID-19 est probablement bien différente de celle d’autres personnes, je trouve cela important de prendre soin de moi pendant cette période difficile.

Voici les façons que j’ai trouvées pour affronter ces changements

1) Je me donne la permission d’avoir de la peine.

Tous ces moments importants, je les attendais avec impatience depuis longtemps, alors, pour affronter ces changements, je me donne la permission d’en faire le deuil, comme je laurais fait si j’avais perdu un ami ou un animal de compagnie. J’ai essentiellement laissé chemin libre à ma colère et ma tristesse. Ça m’a donné l’occasion de réfléchir sur ce que je ressentais, d’accepter que ces sentiments étaient valides et de passer à autre chose quand j’ai été prêt.e.

2) Je prends soin de moi.

L’état du monde et les nouvelles m’affectent beaucoup, alors quand ça devient trop lourd, je vais faire une activité qui m’amène du réconfort. J’ai pris le temps de réfléchir aux activités qui m’aident à me calmer et à recharger mes batteries pour me sentir plus fort.e – pour moi, c’est me préparer un bon café, jouer à mon jeu vidéo préféré ou faire sortir ma frustration en jouant de la batterie.

3) Je me concentre sur les choses que je peux faire.

Il a été très utile de me rappeler et de considérer ce que je peux faire au lieu de m’attarder sur l’impossible. Je vis très loin de ma famille et je ne peux pas les voir en ce moment, alors je vais me promener dans de nouveaux endroits en respectant la distanciation sociale ou j’essaye un nouveau jeu vidéo en ligne. Faire une liste des choses que je peux faire ou de nouvelles activités qui m’intéressent a été d’une grande aide.

4) Je reste en contact avec ma famille et mes amis.

Je prends du temps chaque jour et je m’assure de contacter ma famille et mes amis. Trouver des moyens de rester en contact avec eux, d’une façon ou d’une autre — appels vidéo, téléphone, messages textes — ça a été super et ça me détend. Quand on s’appelle, on joue à des jeux ensemble, on se plaint, on râle ensemble, j’emmène même ma famille et mes amis en balade avec moi, virtuellement, grâce au téléphone ou au chat vidéo. Quant aux amis qui vivent près de chez moi, on est allés se promener en respectant la distanciation, pour rester liés mais en toute sécurité.

5) Je demande de l’aide.

J’ai trouvé ça bien d’avoir quelqu’un à qui parler pendant ces périodes de gros changement. J’échange beaucoup avec ma thérapeute. Ça m’a beaucoup aidé à gérer mes sentiments. Les autres soutiens auxquels j’ai fait appel sont ma famille et mes amis; j’ai aussi contacté Jeunesse, J’écoute et utiliser les ressources sur leur site Web et d’autres services locaux.


Pour plus d’information sur les façons de faire face au changement, regarde les astuces de Jeunesse, J’écoute.

Si tu es aux prises avec un problème  peu importe l’ampleur tu peux toujours demander de l’aide. Tu peux communiquer avec Jeunesse, J’écoute 24 heures par jour, 7 jours par semaine, pour un soutien sans jugement. Nous sommes là pour toi!

Kids Help Phone remercie Alicia Raimundo d’avoir partagé avec les jeunes de partout au pays des façons de faire face au changement.

Ce récit est une traduction de la version originale en anglais.

Rétroaction sur la ressource
Cette page t’a-t-elle aidé?
Cette page t’a-t-elle permis d’apprendre quelque chose que tu pourrais appliquer dans ta vie?
As-tu reçu le soutien que tu cherchais de Jeunesse, J’écoute aujourd’hui?