Travis Hamonic sur l’importance du soutien aux Autochtones

Travis Hamonic et son épouse Stephanie s’entendent sur le fait que s’impliquer afin de changer les choses dans la vie des jeunes Autochtones est à la fois très personnel et extrêmement gratifiant.

Depuis ses débuts dans la LNH il y a près de 9 ans, Travis, aujourd’hui âgé de 28 ans, a été tenu en haute estime et décrit comme un coéquipier respecté et un professionnel de premier ordre. Le défenseur vétéran, qui en est à sa deuxième saison avec les Flames de Calgary, jouit également d’une réputation enviable pour ses nombreuses contributions à la collectivité et à des activités de bienfaisance. Il n’est donc pas surprenant qu’en 2017, le couple ait annoncé une nouvelle initiative qui résonnait pour Travis, lui qui est très fier de son identité métisse.

Connu sous le nom de The Northern Project, cet organisme sans but lucratif permet aux jeunes Autochtones des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et du Yukon de profiter des bienfaits du sport et de l’éducation au sein même de leurs collectivités. Un autre élément très convoité du programme est l’occasion de passer une fin de semaine à Calgary grâce à un voyage dont les coûts sont défrayés par Travis et Stephanie Hamonic.

« Ma femme Stéphanie et moi sommes extrêmement enthousiastes à l’idée d’accueillir des enfants autochtones et leurs familles qui n’auraient jamais pensé être en mesure d’assister à un match de la LNH, » a déclaré le hockeyeur en présentant le programme (en anglais seulement) avec les Flames. « Mes racines me tiennent à cœur et j’espère que cette initiative apportera aux enfants et à leurs familles un peu de lumière et d’espoir pour l’avenir. »

Inspiré par la contribution aux communautés du Nord qu’a faite Gord Downie, le chanteur du groupe The Tragically Hip avant son décès, Travis a souligné le manque d’accessibilité (en anglais seulement) dans certaines des régions éloignées où vivent ces populations. « Beaucoup de ces communautés sont si éloignées, et si loin au Nord que le fait d’organiser des déplacements s’avère complexe et surtout, très coûteux. Nous ne faisons qu’essayer de tendre la main vers eux. »

En partenariat avec Hockey North, on a demandé aux entraîneurs, aux bénévoles et aux enseignants de proposer des candidats parmi les enfants qui, selon eux, méritaient de vivre cette expérience, et le gagnant a reçu un appel téléphonique du couple. « Mon épouse et moi sommes ravis de pouvoir aider, déclare-t-il. C’est quelque chose dont nous avions parlé il y a quelques années, soit trouver un moyen de s’impliquer auprès des enfants autochtones et de leurs familles. C’est vraiment merveilleux de voir à quel point ils sont reconnaissants et heureux de vivre cette expérience à Calgary. »

« L’une des choses les plus géniales, c’est d’apprendre à connaître les enfants, leurs familles et leurs histoires. L’occasion de leur parler, de découvrir d’où ils viennent (car la culture et le mode de vie sont complètement différents dans le Nord) constitue une expérience d’apprentissage des plus enrichissantes. Découvrir ce dont est tissé leur quotidien, comment cela dessine leur identité et qui ils sont, c’est tout nouveau pour bien des gens ‘du Sud’. »

Depuis que Travis s’est joint aux Flames en 2017, ses initiatives en collaboration avec Stephanie ont eu un impact énorme en dehors de la patinoire. En plus du Northern Project et du programme D-Partner (pour les jeunes qui ont perdu leurs parents), le couple a créé Charlie’s Children, du nom de leur fillette, pour soutenir les familles à faible revenu ou les mères monoparentales qui attendent un bébé.

En reconnaissance de ses efforts envers la collectivité, Travis a reçu le Prix du Joueur de la Fondation de la LNH 2016-2017, distinction remise chaque année au joueur qui applique les valeurs fondamentales du hockey, soit l’engagement, la persévérance et le travail d’équipe, au profit des gens de sa collectivité.

Travis a également participé à l’émission de télévision Hit The Ice, série qui aide les jeunes espoirs du hockey des Premières Nations les plus prometteurs du Canada à participer à une séance d’entrainement de deux semaines (similaire aux camps d’entrainement de la LNH) et à démontrer leurs talents aux éclaireurs du hockey junior. « Étant moi-même Métis, mes racines sont très importantes pour moi, » a dit Travis, en ajoutant qu’il espère que le Northern Project aura un effet positif et permettra aux enfants et leurs familles d’envisager l’avenir avec optimisme.

Quel impact a-t-il remarqué chez les jeunes qu’il a rencontrés dans le cadre du Northern Project?

« Quand vous parlez d’impact, je pense plutôt à l’impact qu’ils ont sur moi. On est reconnaissant d’être en mesure d’aider les autres, et de plus, les gens que nous rencontrons et les histoires que nous entendons ne font que nous enrichir. Cela nous rend très heureux et nous fait réaliser à quel point nous sommes chanceux, » dit-il.

C’est quelque chose dont il se souvient chaque fois qu’il rencontre des gens dans le cadre du Northern Project. « Honnêtement, c’est formidable. Quoi que vous fassiez, qu’il s’agisse d’œuvres caritatives ou d’aider quelqu’un dans la rue, si vous pouvez faire sourire quelqu’un, voilà un sentiment incomparable. Avec The Northern Project, on voit à quel point les jeunes sont reconnaissants et enthousiastes; ils n’ont pas les yeux assez grands pour tout voir. On réalise alors la chance que nous avons de pouvoir établir ce lien avec les peuples autochtones. Pour nous, le monde dans lequel nous voulons vivre est un endroit où nous essayons d’aider les gens. »

Travis Hamonic est vraiment déterminé à redonner aux jeunes Autochtones et à les aider à trouver leur force et leur courage intérieurs. Il a partagé son parcours avec Jeunesse, J’écoute afin d’améliorer les connaissances au sujet des ressources offertes aux jeunes Autochtones du Canada, y compris nos services.

N’oubliez pas que les jeunes des Premières Nations, ainsi que les jeunes Inuits et Métis, peuvent joindre Jeunesse, J’écoute 24 heures par jour, 7 jours par semaine pour bénéficier de services d’intervention professionnels confidentiels, pour avoir de l’information, pour recevoir des références ou pour obtenir du soutien par texto, grâce à l’aide de nos précieux bénévoles.

Jeunesse, J’écoute tient à remercier Travis Hamonic, l’AJLNH et le rédacteur Chris Lomon pour cet article.

Pour de plus amples renseignements sur la façon dont vous aussi pouvez aider les jeunes Autochtones, lisez ce qui suit (en anglais seulement) : Finding Hope: Kids Help Phone’s Action Plan for Supporting First Nations, Inuit and Métis Young People

Cet article est une traduction d’un entretien en anglais.