Comment aider un ami ou un membre de la famille qui souffre de psychose

Apprenez comment reconnaître les signes d’une psychose active et comment aider quelqu’un qui pourrait l’éprouver.

Penses-tu que quelqu’un que tu connais pourrait être atteint de psychose ? Un ami ou un membre de la famille peut être la première personne à remarquer que quelque chose ne va pas. Il est parfois effrayant ou inquiétant de constater des symptômes ou des comportements inhabituels chez quelqu’un que tu connais, mais rappelle-toi que le traitement est plus efficace lorsque la psychose est détectée tôt.

Signes de psychose active

Ton ami ou un membre de ta famille peut présenter les signes d’une psychose active suivants :

  • avoir des hallucinations;
  • entendre des voix;
  • voir des choses ou ressentir d’étranges sensations;
  • avoir l’impression d’être suivi;
  • penser que des gens ont l’intention de nous faire du mal;
  • avoir la sensation que les autres peuvent entendre nos pensées;
  • penser avoir des pouvoirs spéciaux;
  • ne pas être capable de penser clairement;
  • avoir un comportement étrange ou bizarre;
  • dire des choses insensées.

Parler de la psychose à ton ami ou un membre de ta famille

La psychose est une expérience effrayante et troublante. Ton ami ou un membre de ta famille peut se sentir vulnérable. Si tu décides de lui parler pour exprimer tes inquiétudes, il vaut mieux le faire de façon calme, chaleureuse et bienveillante. Voici ce que tu peux faire :

  1. Emmène ton ami dans un endroit tranquille et sans distractions.
  2. Évite de le toucher à moins qu’il t’y autorise.
  3. Parle de tes inquiétudes en utilisant des exemples précis tels que : « L’autre jour, tu semblais effrayé et tu disais des choses que je ne comprenais pas. »
  4. Dis-lui que tu es inquiet et que tu tiens à ce qu’il soit en sécurité.
  5. Si ton ami a des hallucinations ou des idées délirantes (des croyances inhabituelles), n’essaie pas de le convaincre à tout prix qu’il a tort. Ce qu’il vit est bien réel pour lui.
  6. Demande à ton ami : « Qu’est-ce qui pourrait t’aider ? »  Si ton ami a un médecin en qui il a confiance, encourage-le à lui parler de ce qu’il vit.
  7. Si ton ami ne veut pas d’aide, n’insiste pas. Dis-lui que tu es là pour lui si un jour il veut parler.

Si tu as parlé à ton ami et que tu es toujours inquiet, partage ce que tu as remarqué avec un adulte de confiance. Il est particulièrement important de parler à quelqu’un (comme un parent, un membre de la famille de ton ami ou un enseignant) si ton ami semble souffrant et que tu penses qu’il peut se blesser ou blesser quelqu’un d’autre. N’essaie pas d’affronter cela seul; en parler à quelqu’un est la meilleure façon d’obtenir l’aide dont ton ami a besoin.

Aider un ami ou un membre de la famille atteint de psychose

Quand un proche développe une psychose, l’adaptation est parfois difficile. Tu peux éprouver beaucoup de sentiments différents, y compris :

  • inquiétude
  • incrédulité
  • peur
  • peine
  • exaspération
  • tristesse
  • colère
  • incertitude
  • culpabilité
  • frustration
  • confusion
  • honte
  • embarras

Tous ces sentiments sont normaux. Découvrir que quelqu’un que tu connais a une psychose est bouleversant et tout le monde a besoin de temps pour s’adapter.

Voici certains moyens que tu peux prendre pour aider ton ami et toi-même :

  • Sois présent pour ton ami ou le membre de ta famille. Tu ne peux pas faire disparaître sa psychose, mais cela l’aidera de savoir qu’il peut compter sur toi.
  • Souviens-toi que tu n’as rien à te reprocher. Ton ami ou le membre de ta famille peut dire ou faire des choses étranges quand il est atteint de psychose. C’est causé par sa maladie, et pas par ce que tu dis ou fais.
  • Renseigne-toi davantage sur la psychose et les maladies mentales.
  • Parle avec d’autres personnes qui ont des amis ou des membres de leur famille atteints de psychose ou d’autres troubles mentaux. Consulte Ressources autour de moi pour trouver des associations ou des groupes de soutien près de chez toi.
  • Sensibilise les autres au sujet de la psychose et de la santé mentale. Combats les stéréotypes et l’intimidation lorsque possible.
  • Prends soin de toi en mangeant correctement, en restant actif et en dormant suffisamment. Tu seras mieux armé pour aider les autres si tu es toi-même en forme.
  • Accorde-toi des pauses pour ne pas te sentir frustré – tu fais de ton mieux !
  • Demande de l’aide lorsque tu en as besoin. Tu peux toujours appeler un intervenant de Jeunesse, J’écoute — nous pouvons t’aider à trouver des ressources dans ta région et cela peut te faire du bien d’en parler.