Aider une jeune personne qui a de la difficulté à dormir

Le sommeil est important pour la santé générale, mais les horaires chargés, le stress et les problèmes de santé peuvent empêcher une bonne nuit de sommeil. Lorsque les gens deviennent trop occupés, le fait de ne pas dormir le même nombre d’heures chaque nuit n’est pas grave, pourvu qu’ils ne passent pas trop de nuits d’affilée sans dormir suffisamment.

Dans ce texte, Jeunesse, J’écoute propose des approches pour discuter avec un jeune de votre entourage qui serait aux prises avec des troubles du sommeil.

Comment débuter une conversation?

Au moment d’aborder ce sujet avec un jeune :

  • adoptez un ton de voix calme et chaleureux pour créer un sentiment de réconfort;
  • faites preuve d’empathie lorsque le jeune discute de ses sentiments de frustration ou de sa fatigue;
    • n’oubliez pas que le manque de sommeil peut affecter sa santé et son bien-être physique, émotionnel et spirituel;
  • soyez conscient que des changements dans les habitudes de sommeil peuvent être un symptôme des troubles de santé ou de santé mentale.

Comment en apprendre davantage sur son sommeil?

Informez-vous à savoir :

  • Quel type de troubles l’affectent? Les troubles courants comprennent, entre autres :
    • des difficultés à s’endormir;
    • des difficultés à se rendormir après un réveil au cours de la nuit;
    • un réveil précoce;
    • trop dormir (plus de 11 heures par nuit);
    • des cauchemars.
  • Quelle est la qualité de son sommeil? Vous pourriez demander :
    • « Comment te sens-tu quand tu te réveilles, sur une échelle de 1 à 10 où 1 signifie “très fatigué” et 10 “bien reposé”? »
  • Ses habitudes de sommeil ont-elles changé récemment? Vous pourriez demander :
    • « À quelle fréquence as-tu de la difficulté à dormir? »
    • « Quand as-tu réalisé que tu avais de la difficulté à dormir? »
    • « Est-ce que ça coïncide avec un événement en particulier? »
  • Comment ses problèmes de sommeil l’affectent-ils? Vous pourriez demander :
    • « Tes difficultés à dormir ont-elles un impact sur tes émotions ou ta spiritualité? »
    • « Tes difficultés à dormir ont-elles un impact physique? »
    • « Tes difficultés à dormir ont-elles un impact sur ta performance à l’école? »

Quoi faire d’autre?

Il est important de créer un sentiment de calme et de relaxation pour ce jeune. Vous pouvez essayer ceci :

  • adoptez un ton de voix lent, calme et chaleureux pour créer un sentiment de réconfort;
  • demandez : « Qu’est-ce qui t’aide à relaxer quand tu essaies de dormir? »;
  • demandez : « Y a-t-il une personne qui te réconforte et te fait sentir en sécurité? Imagine son visage dans ta tête. Si cette personne était avec toi, qu’est-ce qu’elle dirait ou ferait d’utile pour toi? »

Vous pouvez aussi l’aider à se ménager en faisant ce qui suit.

  • Encouragez le jeune à ne pas trop se mettre de pression pour s’endormir :
    • expliquez-lui que quand on se force à s’endormir en se disant « Je dois arrêter de m’en faire! » ou « Il faut que je dorme maintenant! », notre corps produit de l’adrénaline, ce qui nous empêche davantage de nous endormir;
    • suggérez-lui plutôt de produire des pensées calmes et apaisantes ou de faire quelques exercices de respiration.

Il importe de se concentrer sur les besoins immédiats du jeune.

  • Vous pouvez demander : « As-tu quelque chose sur la conscience qui t’empêche de dormir? »
    • s’il le désire, discutez de toute préoccupation qui trouble son sommeil;
    • il peut aussi garder un crayon et du papier près de son lit pour noter ses craintes, puis s’en occuper à un moment ultérieur;
    • empêchez le jeune de s’en faire avec des événements passés ou susceptibles de survenir dans le futur; encouragez-le à se fixer sur le moment présent.

Voici quelques autres idées pour favoriser le sommeil :

  • Être physiquement actif le jour (si possible, passer du temps à l’extérieur, sur le terrain).
  • Avoir une routine en ce qui concerne le sommeil, ce qui signifie notamment de se coucher et de se lever chaque jour autour de la même heure.
  • Prendre un bain chaud.
  • Écouter de la musique reposante.
  • Faire une activité calme au lit (p. ex., lire, raconter une histoire, bricoler, etc.).
  • Éteindre tout appareil électronique au moins une heure avant le coucher.
  • Établir des règles quant aux appareils électroniques présents dans la chambre pendant les heures de sommeil (p. ex., téléviseur, téléphone, tablette, console de jeu, etc.).
  • Ne pas consommer de boissons contenant de la caféine l’après-midi ou le soir.
  • Autant que possible, créer un environnement silencieux et sombre (bloquer la lumière du soleil, si nécessaire).

Si le jeune explique que souvent, il n’arrive pas à s’endormir après 20 ou 30 minutes, vous pouvez lui suggérer de se lever pour faire une activité reposante (p. ex., colorier, méditer, écouter de la musique relaxante, écrire dans son journal, etc.) hors de sa chambre. Dites-lui de retourner se coucher quand il ressentira à nouveau l’envie de dormir.

Le sommeil est un élément clé pour la santé et le bien-être. Si un jeune de votre entourage a de la difficulté à dormir, il peut en parler à un professionnel de la santé. Il peut aussi parler avec un intervenant de Jeunesse, J’écoute et obtenir plus d’information en signalant le 1 800 668-6868.