Abus familial : Ce que c’est et comment l’identifier

La violence peut être physique, émotionnelle ou sexuelle. Elle n’est jamais acceptable, et de telles situations ne sont jamais de ta faute. Ta sécurité est importante. Certaines formes de violence sont évidentes, mais les abus ne sont pas toujours faciles à identifier — même au sein de ta propre famille.

Qu’est-ce que l’abus?

On parle d’abus (en particulier au sein de la famille) quand un adulte, généralement un parent ou un tuteur, utilise la violence pour contrôler et/ou nuire à un membre de la famille. La violence peut être physique, émotionnelle/psychologique ou sexuelle. La négligence est une autre forme d’abus qui se manifeste lorsque les parents ou tuteurs responsables d’un jeune ne sont pas en mesure de satisfaire ses besoins fondamentaux.

Violence physique

La violence physique comprend le fait de frapper, de donner des coups de poing ou d’attaquer autrement une jeune personne. Autres exemples de violence physique :

  • gifler;
  • mordre;
  • donner des coups de pied;
  • tirer les cheveux;
  • grafigner;
  • secouer;
  • étrangler;
  • tordre un bras;
  • blesser avec un objet comme une ceinture ou un bâton.

Violence émotionnelle

On parle de violence émotionnelle, également appelée violence psychologique, quand quelqu’un menace, persécute ou intimide une autre personne. Elle est plus difficile à reconnaître que la violence physique. Une personne qui vit de la violence psychologique peut même ne pas se rendre compte qu’elle est maltraitée.

La violence émotionnelle ne laisse aucune trace physique, ce qui peut rendre cet abus difficile à identifier. La violence émotionnelle peut faire aussi mal que la violence physique.

Voici des exemples de violence émotionnelle :

  • insulter ou critiquer quelqu’un pour le blesser;
  • se moquer de quelqu’un;
  • humilier publiquement une autre personne (lui crier après, la malmener ou la rabaisser devant d’autres personnes);
  • dire à quelqu’un qu’elle est une mauvaise personne;
  • ignorer quelqu’un;
  • menacer de faire mal à quelqu’un d’important pour la jeune personne ou à un de ses proches (ou à un animal de compagnie);
  • menacer de laisser un jeune quelque part ou de quitter la maison pour toujours;
  • être violent avec quelqu’un (frère, sœur, parent ou animal de compagnie) devant un jeune.

Abus sexuel

On parle d’abus sexuel lorsqu’un adulte implique un jeune dans une activité sexuelle ou utilise des actes sexuels pour démontrer son pouvoir ou son autorité. L’abus sexuel implique souvent des contacts physiques, mais peut aussi se produire sans contact.

L’abus sexuel peut se manifester de plusieurs façons :

  • toucher les organes génitaux d’un jeune ou lui faire toucher les organes génitaux d’un adulte;
  • avoir ou tenter d’avoir des relations sexuelles avec un jeune;
  • enlever les vêtements d’un jeune ou l’obliger à regarder un adulte quand il enlève ses vêtements, surtout si c’est fait de manière sexuelle;
  • faire des commentaires de nature sexuelle sur le corps d’un jeune;
  • forcer un jeune à regarder d’autres personnes avoir des relations sexuelles;
  • obliger un jeune à regarder de la pornographie;
  • prendre des photos d’un jeune alors qu’il est déshabillé.

Négligence

Il y a négligence lorsqu’un parent ou un tuteur ne subvient pas aux besoins fondamentaux d’un jeune. Les besoins fondamentaux sont les suivants :

  • un endroit sécuritaire où vivre et des vêtements appropriés (compte tenu de la saison);
  • une alimentation équilibrée;
  • une hygiène adéquate (savon, shampooing et un endroit pour se laver);
  • de la supervision et des conseils;
  • une éducation (s’assurer que les enfants fréquentent l’école ou soient scolarisés à domicile);
  • un soutien émotionnel (parent/tuteur qui discute avec l’enfant, lui montrant de l’intérêt et de l’affection);
  • des soins médicaux de base (p. ex., visites chez le médecin, le dentiste, consultation d’un professionnel en cas de maladie, recours à l’urgence lorsque nécessaire).

Il est primordial que tes besoins soient satisfaits. Tu mérites d’être aimé et bien traité.

Violence de la part d’autres membres de la famille

La violence peut se produire dans différentes relations familiales; elle n’a donc pas uniquement lieu entre les parents/tuteurs et les enfants. Si tu es blessé ou maltraité par quelqu’un dans ta famille (comme un frère, un cousin, une tante, un oncle ou des grands-parents, par exemple), il est toujours possible de parler avec un adulte de confiance ou de communiquer avec Jeunesse, J’écoute (en signalant le 1 800 668-6868) pour discuter des façons de rester en sécurité et d’améliorer ta situation.

Comment distinguer la violence de la discipline ?

Au Canada, les parents ont légalement le droit de discipliner physiquement leurs enfants lorsque ceux-ci ont entre 2 et 12 ans. Cependant, seulement certaines méthodes disciplinaires sont permises :

  • La méthode disciplinaire doit être appliquée dans le but de corriger le comportement du jeune et non pour exprimer la frustration ou la perte de patience d’un parent.
  • Le jeune doit être capable de tirer des leçons de la méthode utilisée.
  • La méthode de discipline ne doit pas impliquer l’utilisation d’objets (bâtons, bâtons de baseball, ceintures, etc.).
  • Le jeune ne doit pas être frappé à la tête ni giflé au visage.
  • La forme de discipline utilisée ne doit pas être dégradante, humiliante ou nocive. (Les ecchymoses, coupures, rayures et autres marques sont des signes physiques d’abus.)

Même s’il est légal d’employer des méthodes de discipline physique, les services de protection de la jeunesse recommandent de privilégier des pratiques parentales positives, qui ne requièrent pas de discipline physique.

Désirs ou besoins ?

Les parents et tuteurs doivent satisfaire aux besoins de leurs enfants, mais non à leurs désirs. Par exemple, un manteau d’hiver chaud est un besoin, mais un manteau « dernier cri » est un désir. En d’autres mots, les parents et tuteurs doivent fournir à leurs enfants des vêtements chauds l’hiver, mais ils n’ont pas à leur acheter le manteau qu’ils veulent absolument.

Si tu as des questions à propos de la violence, tu peux appeler un intervenant de Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868.

Les émotions souvent liées à la violence

Vivre dans un climat de violence peut affecter ta façon de penser à toi, à ta famille et à ton avenir. La violence peut t’inciter à te raconter des histoires qui sont fausses, ce qui peut t’empêcher de chercher à obtenir de l’aide.

La violence peut aussi avoir un effet sur tes émotions. Les émotions causées par la violence peuvent être compliquées, et il est possible que tu ne saches même pas ce que tu ressens vraiment. Voici quelques exemples :

Coupable :
« Je sais que je suis au moins partiellement à blâmer. »
« J’aurais dû être capable de l’arrêter. »
« Si seulement j’avais plus aidé à la maison. »
« Pourquoi s’en est-il pris à un autre membre de la famille et pas à moi ? »

Honteux : 
« C’est tellement humiliant. »
« Les gens vont penser que je suis bizarre. »
« Tout le monde va penser que j’aurais dû mettre un terme à tout ça. »
« Les voisins vont nous regarder de travers. » 

Fâché :
« Pourquoi moi ? »
« Les choses ne se passent jamais bien pour moi — en voici la preuve. »
« Ça doit être ma punition. »
« Je déteste tout et tout le monde. »

Craintif :
« Si j’appelle la police, il me fera encore plus de mal. »
« Les services de protection de l’enfance vont me séparer de mes frères et sœurs. »
« Je serai placé dans une famille d’accueil où les choses vont être encore pires. »
« Je ne retrouverai jamais quelqu’un pour qui je compte vraiment. »

Confus : 
« Peut-être que l’abus n’est pas si pire que ça. »
« Bon, d’accord, il est violent, mais il peut aussi être gentil et amusant. »
« Je suis sûr qu’elle m’aime. Elle ne sait pas comment le montrer, c’est tout. »
« Si je ne dis rien, les choses vont s’améliorer. »
« Peut-être que mes souvenirs sont embrouillés. »

Rejeté :
« Tant qu’à y être, ils auraient dû me placer en adoption quand je suis né. »
« C’est certain qu’elle ne m’aime pas du tout. »
« Pourquoi il ne m’a pas protégé ? »

Coincé : 
« On dirait que c’est sans issue. »
« Que j’agisse d’une manière ou d’une autre, elle me frappe toujours. Je ne peux m’en sortir. »
« Je n’ai aucun endroit où aller — c’est ça ou vivre dans la rue. »
« J’ai l’impression de marcher sur des œufs en permanence. »

Désemparé :
« Je ne peux rien y faire. »
« Personne ne me croira, je suis un enfant. »
« Comment puis-je l’arrêter ? Il est plus grand que moi. »
« Si j’avais les moyens financiers, je me sauverais. »

Désespéré : 
« Ça va continuer comme ça pour toujours — ou continuer d’empirer. »
« Il n’y a plus rien à espérer. »
« Tout ce que je fais, c’est essayer de survivre au jour le jour. »

Nul :
« Si j’étais normal, il ne me ferait pas ça. »
« Je suis trop stupide pour faire plaisir à qui que ce soit. »
« Ce n’est pas étonnant qu’elle ne me laisse pas rentrer à la maison — je suis trop nul. »
« Je suis foutu. »

Trahi :
« Comment peuvent-ils me faire ça ? »
« Il a promis qu’il ne me frapperait plus jamais — sale menteur. »
« Elle aime plus la drogue que moi. »

Si tu ressens l’une de ces choses ou si tu te sens confus, parler à un adulte en qui tu as confiance pourrait te faire du bien. Tu peux aussi appeler un intervenant de Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868.

Les mythes courants au sujet de la violence au sein de la famille

Chaque jour au Canada, des jeunes subissent de la violence ou de la négligence chez eux.

Il existe de nombreuses idées fausses à propos de la violence et de la négligence, et elles peuvent parfois empêcher certains jeunes d’aller chercher de l’aide.

Mythe : « Je viens d’une bonne famille, alors c’est impossible que je vive de la violence. »
Vérité : Il peut y avoir de la violence au sein de toutes les familles, de toutes les communautés et de tous les quartiers.

Mythe : « Parfois, je me comporte vraiment mal. Si mes tuteurs sont violents, c’est sûrement de ma faute. »
Vérité : aucune personne ne mérite d’être abusé — peu importe ce qu’elle a fait.

Mythe : « Si mes parents crient après moi et m’insultent, ce n’est pas de la violence. »
Vérité : La violence ne concerne pas seulement les abus physiques. La violence émotionnelle et la négligence sont aussi néfastes et illégales.

Mythe : « Mes parents doivent me faire du mal pour que je me comporte bien. »
Vérité : La violence ne pousse pas les jeunes à bien se comporter. Dans les faits, les jeunes qui vivent de la violence sont souvent effrayés et remplis de colère, ce qui peut les pousser à se comporter encore moins bien.