Qu’est-ce que le harcèlement sexuel ?

Le harcèlement sexuel désigne tout comportement verbal ou physique de nature sexuelle et non voulu. Il peut te faire sentir embarrassé, offensé, intimidé ou en danger, et ne devrait pas être ignoré.

Le harcèlement sexuel peut avoir lieu n’importe où, que ce soit à l’école, au travail ou en public; il est donc important de reconnaître les différentes formes de harcèlement sexuel.

Les comportements suivants peuvent constituer du harcèlement sexuel :

  • Fixer quelqu’un du regard de façon inappropriée.
  • Raconter des blagues à caractère sexuel.
  • Montrer ou envoyer (y compris en ligne) des photos, des dessins ou d’autres images non souhaitées à caractère sexuel.
  • Exiger des caresses, des rencontres et des faveurs sexuelles.
  • Poser des questions ou parler à quelqu’un de leur sexualité, de leurs relations sexuelles ou de leur corps.
  • Provoquer des contacts physiques injustifiés, incluant des attouchements non désirés.
  • Utiliser un langage qui rabaisse quelqu’un à cause de son sexe.
  • Propager des rumeurs de nature sexuelle (y compris en ligne).
  • Menacer de congédier ou de réprimander une personne si elle refuse des avances sexuelles (ce qui constitue des représailles).
  • S’adonner au harcèlement (comportement qui fait qu’une personne se sent en danger, par exemple des visites non souhaitées, des appels téléphoniques, des textos, des courriels ou des lettres, laisser des cadeaux ou surveiller la maison ou l’école d’une personne).

Si tu es victime de harcèlement sexuel

Souviens-toi que tu n’as rien à te reprocher. Tu n’es pas responsable du comportement de l’agresseur, peu importe ce qui arrive. Il est normal de ressentir des effets indésirables physiques ou émotionnels comme l’anxiété, la dépression, la fatigue ou l’insomnie, ainsi que des problèmes relationnels ou d’estime de soi.

Je suis victime de harcèlement sexuel – Que puis-je faire ?

Tu dois connaître tes droits et les recours possibles si tu es victime de harcèlement sexuel.

Si tu es victime de harcèlement sexuel, voici certaines choses que tu peux faire :

1.  Informe-toi.

À l’école : Il est possible que ton école ait une politique de prévention du harcèlement sexuel ou de l’intimidation; tu peux t’informer à quelqu’un au secrétariat.

Au travail : Consulte le manuel des politiques et procédures de ton employeur. Il contient les recours possibles selon les droits du travail et devrait indiquer la personne à contacter.

2. Prends des notes. 

Écris une description détaillée de(s) l’évènement(s), comprenant ce qui est arrivé, l’endroit où le harcèlement a eu lieu, à quel moment, et s’il y avait des témoins. Si tu as des captures d’écran ou des textos, conserve-les.

3. Demande aux personnes qui te harcèlent d’arrêter.
Cela peut faire peur, mais confronter la personne, même un adulte en position d’autorité, peut fonctionner. Si tu sens qu’il est sécuritaire de le faire, demande à la personne d’arrêter d’une façon calme, mais ferme. Voici des choses que tu peux dire :

  • « Je me sens très inconfortable quand tu me regardes de cette façon. Je te demande d’arrêter. »
  • « J’ai déjà dit « non » lorsque tu m’as invité à sortir, et je ne changerai pas d’idée. Si tu n’arrêtes pas, je vais devoir en parler au directeur (OU au patron, à un professeur, etc.). »
  • « Je vais remplir un rapport si tu me touches (OU me parles, me dis ça, etc.) encore. »
  • « Oui, j’ai le sens de l’humour, mais ce que tu dis n’est pas une blague, c’est du harcèlement sexuel. Si tu n’arrêtes pas, je vais devoir en parler au patron (OU à un professeur, au directeur, etc.). »

4. Remédie à la situation

Si tu as essayé de parler à la personne et qu’elle n’arrête pas, ou si tu ne te sens pas en sécurité ou confortable à l’idée de la confronter, voici comment tu peux la dénoncer :

À l’école : Tu peux signaler le harcèlement à un enseignant, au directeur, au directeur adjoint ou à un conseiller pédagogique.

Au travail : Tu peux signaler le harcèlement à ton superviseur, au gestionnaire des ressources humaines/du personnel (s’il y en a un) ou à ton syndicat (si tu en fais partie). Le signalement peut être informel (ils peuvent en parler à la personne pour toi ou t’aider à lui écrire une lettre) ou formel (constitué d’une plainte officielle suivie d’une enquête). Si ton employeur ne fait rien, tu peux faire une plainte à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse.

Si tu décides de dénoncer un cas de harcèlement sexuel à l’école ou au travail, il est bien de :

  • demander à un ami, un collègue ou un parent de t’accompagner;
  • apporter toute preuve écrite avec toi;
  • t’informer à savoir comment tu seras protégé des représailles après le signalement;
  • prendre des notes pendant la rencontre (quand celle-ci a eu lieu, qui était présent, le dénouement de la rencontre) au cas où le comportement continuerait ou si tu étais puni d’une quelconque façon pour l’avoir dénoncé.

5. Appelle la police.

Certains types de harcèlement sexuel sont illégaux et doivent être signalés à la police, par exemple :

  • menaces de blessures physiques;
  • blessures physiques;
  • harcèlement;
  • comportement sexuel envers une personne mineure.

6. Change d’école ou d’emploi.

Changer d’école ou d’emploi ne doit être envisagé qu’en dernier recours, lorsque tu sais que tu n’es pas en sécurité ou que tes tentatives pour faire arrêter le comportement n’ont pas fonctionné.

Il est difficile d’être obligé de changer d’école, de travail ou de voisinage et c’est normal d’être en colère, triste, ou de se sentir seul. C’est injuste, car tu n’as rien fait de mal.

Si tu dois changer de vie à cause du harcèlement sexuel, il est recommandé d’aller chercher de l’aide pour t’aider à exprimer tes sentiments. Essaie de parler de ce que tu vis à quelqu’un en qui tu as confiance, comme un ami, un membre de ta famille ou un collègue.

Si vous voudriez en connaître davantage sur ce sujet, vous pouvez communiquer avec un intervenant par téléphone ou Clavardage en direct.