Trouble d’accumulation: information et pistes de solutions

Posséder des tas d’objets (et se sentir très attaché à ceux-ci) peut cacher quelque chose de plus important qu’un simple comportement « désordonné ». Voici quelques renseignements à connaître sur l’accumulation pathologique et la manière d’obtenir de l’aide.

C’est quoi l’accumulation pathologique?

On la définit comme une envie pressante de recueillir et de conserver une quantité excessive d’objets. C’est plus que d’avoir beaucoup de choses qui encombrent son espace de vie. Une grande part de l’accumulation pathologique se rapporte à ce que ressentent les gens par rapport à ces choses; ils y sont émotionnellement attachés et n’arrivent pas à s’en départir.

Pour certains, par exemple, un sac de plastique usagé pourrait se ramasser au recyclage. Alors que, pour les personnes aux prises avec l’accumulation pathologique, ce même sac pourrait plutôt avoir une valeur sentimentale, et elles pourraient avoir une forte envie de le conserver en cas de besoin. C’est l’attachement à beaucoup d’objets comme celui-là qui pourrait indiquer la présence d’un trouble d’accumulation pathologique.

Ce trouble peut affecter la vie quotidienne d’une personne. Un encombrement excessif peut engendrer son lot de défis sociaux, physiques et émotionnels. Cela peut aussi affecter le bien-être général d’une personne et mener à des problèmes de santé et de sécurité liés à son espace de vie (p. ex., risque d’incendie, vermine, etc.).

De la même manière que les troubles de santé mentale (comme le trouble obsessif-compulsif [TOC]), lorsque le comportement d’accumulation atteint un certain niveau, un professionnel de la santé est susceptible de diagnostiquer un trouble d’accumulation pathologique. Il ne faut surtout pas oublier que l’accumulation pathologique n’est pas un choix pour la personne affectée; c’est un trouble de santé mentale qui doit être traité comme tel.

Si tu accumules les objets ou si tu as de la difficulté à t’en défaire, c’est important d’en parler à un adulte de confiance qui pourra t’aider à obtenir du soutien et à trouver des manières de réduire l’anxiété associée au fait de se départir d’objets (ou, au fait de lâcher prise).

Qu’est-ce qui provoque l’accumulation pathologique?

Personne ne sait précisément ce qui provoque ce trouble. C’est peut-être un comportement acquis (p. ex., si une personne voit un parent ou un tuteur le faire) ou ça a peut-être quelque chose à voir avec la composition chimique du cerveau (l’accumulation pathologique est d’ailleurs parfois associée à des troubles de santé mentale comme la dépression). Dans certains cas, une personne pourrait se mettre à accumuler des objets après avoir vécu un traumatisme ou un événement personnel stressant.

Quels sont les signes de l’accumulation pathologique?

Le comportement d’accumulation peut se présenter de différentes façons selon les personnes. Celles-ci pourraient :

  • recueillir une quantité massive d’objets (p. ex., des sacs, des papiers, des animaux en peluche, des livres, etc.);
  • vivre dans un espace très encombré (au point où cela nuit à un espace de vie sain et sécuritaire);
  • avoir de la difficulté à se défaire de leurs objets (p. ex., le fait de nettoyer ou de jeter quelque chose pourrait les bouleverser ou les stresser excessivement);
  • ressentir un attachement émotionnel intense pour leurs objets (p. ex., ils pourraient avoir un lien plus étroit avec leurs possessions que d’autres personnes);
  • avoir honte ou être gênées de la quantité de choses qu’elles possèdent;
  • ne pas réaliser ni comprendre la gravité de l’accumulation;
  • avoir une forte envie d’acquérir de nouveaux objets.

Est-ce que je souffre d’accumulation pathologique?

Si tu penses que tu pourrais être aux prises avec l’accumulation pathologique, voici des questions à te poser :

  • La quantité d’objets dans mon espace de vie m’empêche-t-elle de faire certaines choses?
  • Qu’est-ce que je ressens quand je décide de conserver quelque chose?
  • Ai-je de la difficulté à me défaire de mes possessions?
  • Quels genres d’objets ai-je de la difficulté à laisser aller?
  • Qu’est-ce que je ressens quand je décide de me départir d’un objet?
  • Quelles émotions mes possessions évoquent-elles?

Comment traite-t-on l’accumulation pathologique?

Si tu es aux prises avec un trouble d’accumulation pathologique, voici quelques moyens qui te permettront d’y faire face.

Il ne faut pas oublier que jeter les choses d’une personne (ou essayer de dissuader celle-ci d’en recueillir de nouvelles) ne réglera pas nécessairement le problème. Les sentiments profonds associés au comportement d’accumulation (comme l’anxiété, la culpabilité et le stress) doivent être traités pour que la personne en soit soulagée.

Les options de traitement de l’accumulation pathologique varient d’une personne à l’autre, mais elles peuvent comprendre :

  • une thérapie ou une intervention (p. ex., la thérapie cognitivo-comportementale [TCC] : cela implique une familiarisation avec le trouble d’accumulation pathologique, l’établissement d’objectifs, la réduction de l’anxiété et le retrait d’objets au fil du temps);
  • des activités visant à réduire progressivement le comportement d’accumulation;
  • la médication.

Tu peux t’informer des options de traitement offertes auprès d’un professionnel de la santé. Tu devras peut-être en essayer quelques-unes avant de trouver le traitement qui te convient.

Si tu penses qu’une personne de ton entourage est affectée par l’accumulation pathologique ou que tu l’es toi-même, c’est important d’obtenir de l’aide. Tu peux consulter un médecin ou un intervenant de Jeunesse, J’écoute pour obtenir de l’information et accéder à des ressources en tout temps.


Si vous voudriez en connaître davantage sur ce sujet, vous pouvez communiquer avec un intervenant par téléphone ou Clavardage en direct.