Cinq fleurs roses sur une tige verte et sur un fond orange

Souligner la Semaine de la vérité et de la réconciliation

Volume Print

Un message de Katherine Hay, Présidente et directrice générale, Jeunesse, J’écoute

Cette semaine est la Semaine de la vérité et de la réconciliation, cinq jours consacrés à un important dialogue canadien sur les revendications territoriales des Premières Nations, Métis et Inuits et sur les traumatismes laissés par les pensionnats pour des générations d’Autochtones au pays.

La Semaine de la vérité et de la réconciliation, une initiative conçue par le Centre national pour la vérité et la réconciliation, sera clôturée par la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation le 30 septembre.

Afin de souligner l’importance de cette semaine, j’aimerais vous faire part de certaines vérités, réflexions et initiatives. Nous devons nous éduquer mutuellement, et agir en faveur d’un avenir de justice et de guérison pour tous les peuples autochtones.

Avec la découverte de nouvelles tombes sur les sites d’anciens pensionnats à travers le Canada, il est de plus en plus difficile d’ignorer que nous devons agir. Entre 1870 et 1996, plus de 150 000 enfants des Premières Nations, Métis et Inuits ont été arrachés à leur famille et à leur communauté et contraints de fréquenter des pensionnats – un système d’internat établi par le gouvernement canadien et administré par des congrégations religieuses.

Conçues pour assimiler les enfants à la société eurocanadienne « dominante », ces écoles ont dépouillé les jeunes Autochtones de leurs cultures, coutumes, langues et identités, dans un processus aujourd’hui considéré comme un génocide culturel. D’anciens élèves ont abondamment parlé des violences physiques, sexuelles, émotionnelles et psychologiques subies par les enfants dans ces écoles. Les tombes récemment découvertes dans quatre pensionnats distincts témoignent de façon frappante des horreurs et des violations des droits de la personne qui se sont produites dans ces lieux. Aujourd’hui, le traumatisme intergénérationnel des pensionnats persiste chez un très grand nombre d’Autochtones au Canada, qui de surcroît, sont quotidiennement victimes de racisme systémique.

Chacun d’entre nous a la responsabilité d’apprendre, de s’engager, d’agir et de créer le changement en travaillant ensemble pour assurer un avenir de justice, d’égalité et de compréhension.

Jeunesse, J’écoute est profondément engagée dans son propre parcours de vérité et de réconciliation, ainsi que dans le soutien et la sensibilisation aux besoins en santé mentale de tous les jeunes du pays. Nous célébrons la Semaine de la vérité et de la réconciliation avec une série d’initiatives, d’engagements et de dialogues qui nous permettront de réfléchir aux expériences, aux possibilités et aux défis passés, présents et futurs des peuples autochtones au Canada. Nous engagement vers la réconciliation se manifeste également dans notre initiative, Trouver l’espoir : Stratégie d’action pour soutenir les jeunes Autochtones, initiative rendue possible par l’appui de nombreux de nos partenaires.

Je vous invite à réfléchir à la manière dont vous pouvez vous engager – ou affermir votre engagement – à promouvoir la vérité et la réconciliation à votre manière et au sein de votre propre communauté. Qu’il s’agisse simplement d’y réfléchir, de faire du bénévolat dans une organisation autochtone ou d’avoir une conversation sur la vérité et la réconciliation avec un être cher, chaque action fait une différence et nous conduit vers un avenir meilleur.

J’appuie de tout cœur les membres des communautés des Premières Nations, Inuits et Métis.

La signature de Kathy Hay en caractères cursifs