Promouvoir une image corporelle saine auprès des jeunes

Presque chaque jour, les jeunes sont submergés de messages sur leur corps et leur apparence physique. Les films, les émissions de télévision, les publicités, les fils d’actualités sur les médias sociaux, les amis et les adultes font tous partie de l’équation. Bien que nous ayons récemment constaté des améliorations à cet égard, bon nombre de ces messages mettent l’accent sur un seul type de corps, considéré comme « parfait ». Ces images et idées peuvent mettre de la pression sur les jeunes et encourager ces derniers à se conformer à une certaine image dès un jeune âge. C’est pourquoi il peut être utile de discuter ouvertement d’image corporelle avec les jeunes très tôt et tout au long de leur vie.

Voici des idées :

S’adonner à l’autoréflexion

La plupart des adultes ont déjà affronté des défis en lien avec l’image corporelle. Réfléchissez aux messages que vous ont transmis les membres de votre famille, vos amis et collègues ou les médias.

Posez-vous les questions suivantes :

  • Ai-je grandi dans un environnement au sein duquel les gens faisaient des commentaires dénigrants sur leur poids ou celui des autres? Quels sentiments cela m’inspirait-il?
  • Comment je me sens par rapport à mon corps? Comment fais-je référence ou parle-je de mon apparence physique, de mon corps, de mon poids ou de ma forme en présence de jeunes? Parle-je souvent de perte de poids ou de régimes en présence de jeunes? Est-ce qu’il m’arrive de croire qu’une perte de poids permettrait de résoudre un problème?
  • Qu’est-ce que je comprends aujourd’hui que je ne comprenais pas plus jeune? Qu’est-ce que j’aurais aimé qu’on me dise ou qu’on me montre à cette époque?
  • Comment est-ce que j’aborde le sujet des aliments? Est-ce que j’utilise des mots comme « bons aliments » et « mauvais aliments »?

Ce type de réflexion pourrait vous aider à créer un environnement motivant et plus ouvert pour les jeunes de votre entourage.

Célébrer tous les corps

Les médias grand public et les instances d’éducation sanitaire avancent souvent qu’il n’existe qu’un seul type de corps sain. Les messages qui en découlent laissent ainsi croire qu’un corps « mince » est l’objectif à atteindre et qu’un corps « gros » constitue un problème. Ces croyances alimentent parfois des attitudes et des comportements hostiles qui stigmatisent et discriminent les personnes grosses, en surpoids ou obèses. Ces croyances promeut l’idée que la société n’accepte pas les personnes vivantes dans des corps plus larges et que ces derniers ne sont pas en santé ou ne sont pas attirants. La honte et la stigmatisation connexes peuvent avoir des répercussions négatives sur la santé mentale des personnes dont le corps ne correspond pas aux types de corps très limités qui sont considérés comme acceptables.

En tant que parent ou tuteur, il est important que vous fassiez preuve de respect envers tous les types de corps, de tailles, d’apparences et de capacités. Il est important de rappeler aux jeunes qu’ils peuvent se sentir bien dans leur corps peu importe la taille de celui-ci et que la valeur d’une personne n’est jamais déterminée par son apparence physique. Ce genre d’initiative pourrait mener à un meilleur estime de soi et davantage d’autocompassion.

Détourner le débat

En tant que parent ou tuteur, vous pouvez mettre en place un environnement qui :

  • encourage les jeunes à faire confiance à leurs propres besoins alimentaires et physiques;
  • encourage les activités physiques accessibles et amusantes;
  • rappelle aux jeunes que leur valeur ne dépend pas de leur poids, de leur taille ou de leur apparence;
  • favorise des occasions de discussion ouverte et de réflexion.

En réduisant l’importance accordée à l’apparence physique, vous aiderez les jeunes à explorer leurs compétences, leurs habiletés et leurs passions. Vous leur montrerez ainsi que la valeur de tout individu est attribuable à sa personnalité et non à son apparence physique.

Vous pouvez explorer d’autres ressources de Jeunesse, J’écoute ici :

En tant que parent ou tuteur, il est important que vous encouragiez les jeunes et teniez des discussions ouvertes sur l’image corporelle. Vous pouvez poursuivre la conversation de nombreuses façons, y compris en affichant un comportement approprié, en réfléchissant aux messages transmis par les médias et en intégrant davantage d’images diversifiées de la beauté à votre vie quotidienne.

Si un jeune de votre entourage est aux prises avec son image corporelle, il peut communiquer avec Jeunesse, J’écoute pour obtenir du soutien.

 

Jeunesse, J’écoute tient à remercier le Centre national d’information sur les troubles dus à la nutrition (CNITN) d’avoir contribué au présent article. Apprenez-en davantage sur le CNITN et découvrez ses ressources ici.