En quoi consiste la traite de personnes ?

Tous les types de traite de personnes sont illégaux et aucun d’entre eux n’est correct. Si tu es victime de traite de personnes (ou de trafic humain), il est important de te rappeler que ce n’est pas de ta faute. Il y a des choses que tu peux faire pour obtenir du soutien.

La traite de personnes (ou le trafic humain), c’est quand quelqu’un est manipulé, contrôlé et forcé à faire des choses contre sa volonté. Les victimes de traite de personnes sont exploitées (utilisées) d’une manière ou d’une autre (par exemple, sexuellement, physiquement, etc.) au profit de quelqu’un d’autre. La traite de personnes signifie que les gens sont transportés, achetés et vendus comme des biens (par exemple dans le trafic de drogue, à la différence que la drogue est la marchandise vendue).

Il existe différents types de traite de personnes, y compris :

  • l’exploitation sexuelle;
  • le trafic sexuel;
  • le travail forcé;
  • l’esclavage;
  • le prélèvement d’organes forcé;
  • le mariage forcé.

Qu’est-ce que le trafic sexuel?

Au Canada, le trafic sexuel (par exemple, la prostitution forcée, etc.) est la forme la plus courante de traite de personnes (bien qu’il soit fréquent de subir plus d’un type de traite à la fois). Les personnes qui vivent au Canada, ainsi que celles forcées à venir au Canada, peuvent être victimes de trafic sexuel. Rappelle-toi que tous les types de traite de personnes sont illégaux.

Le trafic sexuel commence généralement par le recrutement. Un exploiteur utilisera des tactiques pour développer une relation avec toi (appelée « manipulation psychologique »). La manipulation psychologique peut inclure :

  • une profusion de compliments;
  • de l’attention et de l’affection, afin que tu te sentes spécial et unique;
  • des cadeaux et de l’argent;
  • une personne qui te dit qu’elle t’aime, surtout au début d’une relation.

Bien que ces attentions soient souvent agréables et que tu peux avoir l’impression qu’elles sont normales dans une relation, après un certain temps, l’exploiteur utilise ces sentiments pour que tu te sentes obligé de lui rendre des « services ». Ces « services » sont généralement petits au début (compter/transporter de l’argent) et prennent de l’ampleur (par exemple, effectuer des actes sexuels). Il est très important de faire attention à la façon dont tu te sens par rapport à un service. Si tu es mal à l’aise, c’est un signe d’avertissement.

L’exploiteur peut recourir à la violence physique, aux menaces, aux mensonges et à la manipulation pour te forcer à faire ce qu’il veut. Il utilise souvent la peur et la culpabilité pour te convaincre de continuer à lui rendre service; par exemple, il peut te menacer de raconter à tes parents/tuteurs que tu as effectué un acte sexuel ou encore d’appeler la police pour signaler un acte illégal que tu as fait ou auquel tu as participé. Il peut aussi te donner moins d’affection, de compliments et de cadeaux au fil du temps.

Il peut contrôler à qui tu parles, ce que tu es autorisé à porter, où tu vas et ce que tu fais, ainsi que te retirer des choses dont tu as besoin (par exemple, ta carte bancaire, ton passeport, ta carte d’identité, ton argent, etc.) pour t’empêcher de t’échapper.

Tu peux consentir à toutes les activités, à certaines ou à aucune des activités que l’exploiteur te demande de faire, mais souviens-toi qu’en vertu du Code criminel du Canada, il est légalement impossible de consentir à des abus. Les exploiteurs blâment couramment les victimes, mais rappelle-toi que ce qui t’arrive n’est pas correct et que ce n’est pas de ta faute.

Que dois-je faire si je suis victime de trafic humain?

Si tu es victime de tout type de traite de personnes, il est important que tu saches que ce n’est pas de ta faute. Subir la traite de personnes est souvent une expérience très traumatisante, mais il existe de l’aide et de l’espoir.

Si tu es victime de la traite de personnes, il est possible que tu te sentes :

  • fâché;
  • coupable;
  • honteux;
  • effrayé, méfiant ou confus;
  • inutile ou seul;
  • triste ou déprimé;
  • anxieux;
  • comme si tu avais perdu le contrôle;
  • comme si tu ne pouvais plus faire confiance à personne.

Ce sont toutes des réactions communes à l’exploitation et aux mauvais traitements, mais il se peut aussi que tu te sentes autrement.

Les gens victimes de la traite de personnes peuvent également être à risque de développer :

  • un trouble de stress post-traumatique (TSPT);
  • l’abus d’alcool ou de drogues;
  • des pensées suicidaires;
  • une grossesse et des infections transmissibles sexuellement (ITS);
  • l’itinérance.

Rappelle-toi qu’être victime de la traite de personnes n’est pas de ta faute. Ce dont tu es victime est un crime contre toi et tu n’es pas responsable des actions de l’exploiteur.

Si tu es victime de la traite de personnes, tu peux faire plusieurs choses pour obtenir de l’aide. Voici quelques façons de le faire tout en restant en sécurité :

  • Parle à un adulte en qui tu as confiance : Tu peux parler de ce que tu vis à un adulte de confiance (par exemple, un parent/tuteur, un enseignant, un travailleur social, un intervenant, etc.). Tu peux dire : « Je dois te parler de quelque chose. Je suis victime d’abus et j’ai besoin d’aide. »
  • Élabore un plan de sécurité : Que ce soit avec un adulte, un ami ou tout seul, la création d’un plan de sécurité peut t’aider à échapper à une situation de violence. Le plan de sécurité de Jeunesse, J’écoute peut t’aider à identifier ce dont tu as besoin pour te protéger, alors que l’outil Ressources Autour de Moi peut te permettre de trouver des services de soutien (par exemple, de l’aide juridique, des conseils, des refuges, etc.) dans ta communauté.
  • Communique avec les services d’urgence : S’il y a un danger immédiat ou si tu es blessé, il est important de signaler l’abus et d’appeler le 911 ou les services d’urgence locaux. Tu as le droit de signaler la traite dont tu es ou as été victime. Si tu t’inquiètes de tout acte illégal que tu pourrais avoir commis quand tu étais exploité, tu peux demander conseil à un avocat. Tu mérites de te sentir en sécurité et de ne pas être exploité.
  • Renseigne-toi : Fais des recherches sur les relations saines, la violence dans les fréquentations et l’exploitation et les abus sexuels. Connaître les faits peut t’aider à parler de ton expérience et à en apprendre davantage sur les ressources disponibles pour les victimes.
  • Parles-en : Discuter peut t’aider à surmonter le problème, tes sentiments et les prochaines étapes. Pense à parler à un ami, à un membre de ta famille ou à quelqu’un d’autre en qui tu as confiance. Tu peux aussi joindre un intervenant de Jeunesse, J’écoute 24 heures par jour, 7 jours par semaine, en composant le 1 800 668-6868. Tu n’es jamais seul.

Rappelle-toi que quitter une situation violente ou abusive peut être très difficile. Il te faudra possiblement plus d’un essai pour obtenir le soutien dont tu as besoin. Les victimes de la traite de personnes hésitent souvent à chercher de l’aide parce qu’elles ont peur de se faire réprimander par l’exploiteur, de se faire arrêter par la police et d’avoir honte devant leurs famille et amis. Il est important de demander de l’aide, de créer un plan de sécurité et d’en savoir plus sur tes options pour trouver une issue. Tu mérites de te sentir en sécurité, en bonne santé et heureux.

Ta sécurité est primordiale. N’oublie pas de fermer les fenêtres de ton navigateur, de supprimer ton historique de navigation et de vider ta cache pour protéger ta vie privée. Tu peux en apprendre davantage sur la sécurité sur Internet à Cyberaide.ca.


Si vous voudriez en connaître davantage sur ce sujet, vous pouvez communiquer avec un intervenant par téléphone ou Clavardage en direct.