« J’avais vraiment peur d’aller en ligne. »

Question

Bon, il y a une fille. Appelons-la S. C’est une meneuse de claque comme moi. L1, L2 et B2 le sont aussi. L2 a cessé d’assister à nos pratiques pendant un mois ou deux à cause du soccer. S et elle ne se sont pas parlé depuis. S a une amie. Appelons-la A. A fréquentait mon ami B. Un jour, je magasinais avec mes amies, SM, R, F et C. Et quand on est allées s’asseoir dans l’aire de restauration du centre d’achats pour dîner, on a vu que A était assise à la table derrière nous. Les 4 filles avec lesquelles j’étais savaient qui elle était à cause de B, mais elles n’avaient jamais eu de conversation avec elle et ne la connaissaient pas personnellement (parce que A et S sont secondaire 2 alors que nous sommes en secondaire 1). A a une demi-sœur plus jeune. Appelons-la J. J a été malade et a perdu tous ses cheveux. Ils repoussent, mais lentement, donc elle est allée se chercher une perruque. Plus tard, j’ai découvert qu’il s’agissait d’extensions, de mèches tissées ou de quelque chose comme ça. Mais à l’époque, mes amies et moi, on pensait que c’était une perruque parce que son look était complètement différent. Bref, un soir, je suis allée sur MSN, et S nous a accusées, mes amies et moi, d’avoir traité A de salope alors que nous étions au centre commercial. Je n’ai pas enregistré la conversation comme je l’ai fait avec d’autres, mais je me souviens de lui avoir dit que je n’avais jamais traité A de salope et que je ne pouvais pas l’avoir fait parce que je ne la connaissais pas. Et elle a terminé la discussion en disant : « Wow, ce que les gens disent sur toi est vrai. Tu es une vraie garce. » Alors, je l’ai supprimée de ma liste de contacts. Quelques soirs plus tard, je suis retournée sur MSN. Elle a commencé à échanger avec moi. C’était comme suit :

S : Garce de l’année.
Moi : …
S : Garce de l’année.
Moi : …
S : Garce.
Moi : Laisse-moi tranquille ! Je t’ai supprimée de ma liste de contacts ! Comment ça se fait que tu peux me parler ?!
S : J’ai mes façons de faire.

C’est alors que S a ajouté A à la conversation.

S : Écoute-moi bien. Tu dois arrêter de parler dans le dos de gens que tu ne connais même pas.
Moi : C’est mon point EXACTEMENT. Je n’ai jamais traité A de garce ! (Je voulais dire « salope » !!!)
S : Wow, tu n’es même pas capable de dire le mot.
A : Hé, je ne t’ai rien fait, et tu me détestes !
Moi : Non, ce n’est pas vrai ! On ne s’est jamais parlé, alors comment est-ce que je pourrais te détester ?
A : Eh bien, tu m’as dit que tu me détestais. En fait, tu l’as dit à B quand je sortais avec lui.
Moi : C’est parce que dans le temps, B et moi, on se disputait comme jamais, et j’étais prête à tout pour le mettre en colère. Je ne peux pas vraiment te détester si je n’ai jamais eu la chance de te connaître.
S : Wow. A m’a répété ce que tes amies et toi, vous avez dit sur elle. Vous êtes super impolies. Grandissez un peu. On dirait que vous avez un mois d’âge mental. Et te servir de A pour un truc comme ça, c’est stupide. Utilise ton cerveau pour une fois.
Moi : OK, alors quand est-ce que je l’ai insultée ?
S : Quand tu étais au centre d’achats.
A : Au foutu centre d’achats ! Bon Dieu, je l’ai dit quatre fois environ ! Est-ce que tu sais lire ?
Moi : Je ne t’ai même pas parlé ! Mes amies m’ont envoyé la main !
A : Bordel, je sais que tu parlais dans mon dos.
S : Wow, on n’est pas connes. A, est-ce que ta sœur était là ? Parce que si elle était là, c’était quelque chose comme 4 contre 1. (Peu importe ce que ça veut dire… :S)
Moi : Tu sais autant que les autres filles avec qui j’étais que je parlais d’une fille en sixième année qui portait une nouvelle perruque. Les gens disaient que c’était ta demi-sœur, et on a commencé à chuchoter parce qu’on s’est dit que tu pourrais être offensée si on disait quelque chose à propos de sa perruque.
S : CE N’EST PAS UNE FOUTUE PERRUQUE !
Moi : J’ai vu ses vrais cheveux, ils sont courts, et avant, elle portait des bandanas.
S : CE N’EST PAS UNE FOUTUE PERRUQUE !!!
Moi : OK, peu importe, mais ça ne change rien au fait que je n’ai rien dit sur elle. (Je parlais de A.)
A : BORDEL, ARRÊTE DE PARLER DES CHEVEUX DE MA SŒUR, ELLE NE PORTE PAS DE FOUTUE PERRUQUE. ELLE PORTE DES EXTENSIONS ! VA TE CHERCHER DES LUNETTES !
Moi : OK, je m’en fous. C’est de ÇA qu’on parlait, alors je me fous de ce que vous dites tous les deux. Je sais ce que j’ai dit.
S : Ah bon. En passant, L1, L2 et B2 te détestent.
Moi : Je m’en fous.
S : Ouais, je sais. Tu restes toujours toute seule pendant les pratiques.
A : Tu n’as pas d’amis, hahaha !
S : Lol.
Moi : OK.
S : C’est vrai. Tu penses que les gens t’aiment, mais personne ne t’aime. Tu es dans le champ encore une fois.
Moi : OK
S : F** ! (Je ne sais même pas ce que ça veut dire.)
A : Haha, super !
S : Ouep

À ce moment-là, je pleurais, et j’en ai parlé à ma mère, à mon père et à ma belle-mère. Mon père s’est énervé, et il a imprimé tout ça. J’avais peur d’aller sur MSN. Je ne pouvais pas voir si S était en ligne, vu que je l’avais supprimée. Mais elle réussissait quand même à me parler. Alors, chaque fois que je me connectais, je me croisais les doigts, et je priais pour qu’elle ne me parle pas. S va à l’école quelque part à O, alors que je vis à B avec A et J. Bref, 2 jours plus tard, je me suis connectée quand mes parents sont sortis, et son nom est apparu. Elle m’a ajoutée dans une conversation avec A et elle. A m’a traitée de lâche, et S m’a dit que si j’ajoutais quelque chose sur la perruque de J, je le paierais très cher. Mon enseignante a dit qu’elle ne pouvait rien faire ! AIDEZ-MOI !

Réponse de l'intervenant

Wow, ça semble assez intense, tout ça ! Comment vont les choses depuis ta dernière publication ? Vont-elles mieux ou ont-elles empiré ? On dirait que S et A s’en prennent vraiment à toi. C’est dommage qu’elles aient choisi de ne pas te croire. Si je me fie à ce que tu as inclus dans la conversation sur MSN, j’ai l’impression que tu as tenu bon et que tu as été claire et directe avec elles. C’est une bonne chose ! Je sais que ça a dû être difficile pour toi d’entendre S et A être aussi blessantes et méchantes, surtout parce que tu étais accusée de quelque chose que tu n’avais pas fait. Tu as mentionné que tu fréquentes la même école que S — enfin, que vous êtes dans la même équipe de meneuses de claque. Comment se déroulent les pratiques depuis ce temps-là ? As-tu parlé aux autres filles de ton équipe pour savoir si ce que S et A disent est vrai ? Peut-être que S et A disent simplement ces choses-là parce qu’elles veulent te blesser. Il n’y a peut-être rien de vrai dans ce qu’elles racontent. Elles ont sauté d’un problème à un autre. Quand elles ont vu que tu t’en tenais à la vérité et que ton histoire avait du sens, elles ont créé un autre problème. Tu as informé ton enseignante de la menace de S, c’est bien ça ? Ton enseignante t’a vraiment dit qu’elle ne pouvait pas t’aider ? Je suis un peu surpris qu’elle ait dit ça, et je me demande comment tu t’es sentie quand elle t’a donné cette réponse. Tu sais, il y a des choses que tu peux faire, comme aller voir le directeur de ton école et lui montrer les conversations avec S et A que tu as imprimées. Si tu ne penses pas pouvoir le faire toute seule, tu pourrais demander à l’un de tes parents de t’accompagner. Si S et A continuent de te harceler sur Internet, tu peux faire appel à la police locale. Ce que ces filles te font subir, ça s’appelle de la cyberintimidation, et ce n’est pas bien ! Tu peux consulter la section sur notre site Web qui concerne l’intimidation. Tu y trouveras des pages de conseils sur les choses que tu peux faire ! Un de ces conseils consiste à continuer de les ignorer, ce qui leur montrera qu’elles ne t’intéressent pas. Tôt ou tard, elles se rendront compte qu’elles ne te dérangent plus, et elles finiront par s’ennuyer. J’espère que ma réponse t’a été utile. Si tu as besoin de plus de soutien, n’hésite pas à nous écrire ou à nous appeler ! Tu n’es pas seule ! Nous savons à quel point tout ceci doit être difficile pour toi !