Qu’est-ce que l’exploitation et l’abus sexuels en ligne ?

Une foule de méthodes d’exploitation et d’abus sexuels en ligne sont en fait illégales. Si tu penses être impliqué dans quelque chose du genre, il est important d’en parler à un adulte en qui tu as confiance.

L’exploitation et l’abus sexuels en ligne, c’est lorsqu’une personne en manipule une autre à des fins sexuelles; c’est un cycle interminable de violence psychologique. Il peut s’agir de forcer une personne à envoyer des photos ou des vidéos à caractère sexuel d’elle-même ou encore à accomplir des actes sexuels devant une webcam, ou de la faire chanter jusqu’à ce qu’elle le fasse.

L’exploitation et l’abus sexuels en ligne sont illégaux, qu’importe l’âge de la personne avec laquelle tu échanges.

Comment savoir si je suis victime d’exploitation et d’abus sexuels en ligne ?

Tu ne devrais jamais accepter que quelqu’un te rende inconfortable. Si une personne fait des choses avec lesquelles tu n’es pas à l’aise, si elle te fait peur ou essaie de te forcer à faire quelque chose, tu pourrais être victime d’exploitation ou d’abus sexuels.

Il y a exploitation et abus sexuels si la personne avec laquelle tu échanges : 

  • •    t’incite à t’adonner à des actes sexuels qui te mettent mal à l’aise; 
  • •    t’envoie des photos où elle est nue ou se montre nue à toi sur sa webcam;
  • •    te pose des questions ou passe des commentaires déplacés à caractère sexuel;
  • •    t’expose à de la pornographie sans ton consentement;
  • •    t’encourage à la regarder accomplir des actes sexuels sans ton consentement.

Si tu vis ou as déjà vécu une telle situation, fie-toi à ton instinct, c’est important. Même si tu as l’impression d’être dans une vraie relation avec la personne qui te traite de cette façon, il est important d’en parler à un adulte en qui tu as confiance tel qu’un professeur, un intervenant ou un parent/tuteur. Tu peux toujours appeler Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868 si tu veux en parler.

Les types d’exploitation et d’abus sexuels en ligne

Tu pourras plus facilement reconnaître un cas d’exploitation ou d’abus sexuels en ligne si tu connais les termes et les tactiques utilisés par les exploiteurs pour manipuler les gens.

•    Le conditionnement

Le conditionnement englobe toutes les mesures employées par les exploiteurs pour mettre les autres personnes en confiance. Ils pourraient, par exemple, établir une relation avec toi en utilisant des stratégies particulières, notamment en offrant :

  • ·    des compliments incessants (p. ex., « Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi beau que toi. » ou « Je t’aime comme je n’ai jamais aimé quelqu’un auparavant.»); 
  • ·    beaucoup d’attention et d’affection;
  • ·    de nombreuses marques de gentillesse;
  • ·    des cadeaux;
  • ·    de l’argent.

Bien que certains de ces comportements puissent exister dans une relation saine, si une personne te demande de cacher son existence aux autres ou de mentir à propos d’elle, c’est malsain. Si tu es mal à l’aise ou si tu doutes du comportement de quelqu’un, tu dois en parler à un adulte en qui tu as confiance, comme un enseignant, un intervenant ou un parent/tuteur. Tu peux toujours appeler Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868 si tu veux en parler.

•    Le chantage

Le chantage, c’est essayer d’amener une personne à faire quelque chose dont elle n’a pas envie en menaçant de lui nuire, notamment en lui disant qu’on va publier des photos ou des vidéos à caractère sexuel d’elle si elle ne fait pas ce qu’on veut. 

•    Création d’un sentiment amoureux (copinage, ou « boyfriending/girlfriending »)

La création d’un sentiment amoureux, c’est quand un exploiteur gagne ta confiance en te manipulant pour que tu penses que tu es dans une relation avec lui. Si tu doutes que la relation soit sincere, sois à l’affût de signes d’exploitation ou d’abus ou demande-toi s’il s’agit d’une relation malsaine.

•    Le bombardement d’amour

Le bombardement d’amour, c’est quand un exploiteur te fait des tonnes de compliments et te montre beaucoup d’affection de manière à gagner ton amour et ta confiance.

•    Le leurre

Le leurre, c’est lorsqu’une personne communique en ligne en se faisant passer pour une personne de moins de 18 ans, dans le but de commettre une infraction sexuelle contre un mineur. Si tu as des doutes quand à l’âge de la personne avec qui tu communiques en ligne, ne reste pas seule devant cette situation. Parles-en à un adulte en qui tu as confiance (parent/tuteur, enseignant, intervenant, etc.) si quelqu’un tente de te leurrer en ligne. Tu pourrais aussi signaler les agissements de cette personne à un corps policier ou à l’aide de Cyberaide.ca.

•    La persistance

La persistance, c’est quand quelqu’un te demande constamment quelque chose, même quand tu as déjà refusé plusieurs fois. Tu dois tenir bon et tenter de bloquer cette personne en ligne si elle ne t’écoute pas. Si tu acceptes d’envoyer des images à caractère sexuel, l’exploiteur pourrait les utiliser pour te faire chanter plus tard.

•    L’utilisation de la pitié ou de la culpabilité

Un exploiteur peut essayer d’inspirer ta pitié ou de te faire sentir coupable afin que tu sois plus ouvert à faire ce qu’il veut. 

•    L’envoi de matériel sexuellement explicite

Un exploiteur pourrait t’envoyer du matériel sexuellement explicite indésirable (p. ex., pornographie, photos de l’exploiteur sans vêtements, etc.) en tentant de te convaincre que ce type de comportement est approprié.

•    La sextorsion

La sextorsion, c’est quand un exploiteur utilise des photos ou des vidéos à caractère sexuel de toi afin de te faire chanter ou de te contraindre à faire ce qu’il veut. Par exemple, l’exploiteur pourrait menacer de partager une photo de toi dénudé ou partiellement nu avec d’autres personnes (p. ex., les élèves de ton école) ou en ligne, à moins :

  • ·    que tu lui donnes de l’argent;
  • ·    que tu lui envoies d’autres photos ou vidéos sexuelles; 
  • ·    que tu acceptes de le rencontrer en personne.

La sextorsion, le chantage et les autres formes d’exploitation et d’abus sexuels en ligne sont tous illégaux. Il est possible d’obtenir de l’aide; la police, d’ailleurs, prend la sextorsion, le chantage et l’exploitation sexuelle en ligne très au sérieux. AidezMoiSVP.ca est une ressource en ligne qui offre de l’information sur des façons de se protéger. Cyberaide.ca est une autre ressource en ligne qui offre la possibilité de signaler des cas de sextorsion.

Tu peux toujours appeler un intervenant de Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868 si tu as besoin de parler avec quelqu’un.

Comment résoudre un problème d’exploitation et d’abus sexuels en ligne

Tu n’as pas besoin de régler un problème d’exploitation et d’abus sexuels seul. C’est important que tu racontes ce qui t’arrive à un adulte en qui tu as confiance. 

Tu n’es pas seul. Si tu es victime d’exploitation et d’abus sexuels, il y a des gens et des ressources à ta disposition pour t’aider. Il est important de trouver du soutien et de parler avec un adulte de confiance. 

Si tu fais l’objet de chantage, de sextorsion ou autres formes d’exploitation et d’abus sexuels en ligne :

  • •    Ne réponds jamais aux menaces : même si la personne est très persistante ou si ses menaces sont effrayantes, ne cède pas.
  • •    Arrête toute forme de communication avec cette personne : ne réponds pas à ses textos, ni à ses courriels ou messages sur des sites de médias sociaux et bloque-la sur tous tes comptes.
  • •    Désactive tous les comptes utilisés pour communiquer avec cette personne : désactive tous les comptes de médias sociaux, adhésions à des forums, adresses courriel et autres mécanismes ou moyens utilisés pour échanger avec cette personne. Si tu utilises aussi d’autres comptes que ceux qui servent à communiquer avec quelqu’un qui t’exploite, pense à renforcer tes paramètres de sécurité.
  • •    Parle à un adulte en qui tu as confiance : confie-toi à un intervenant, un enseignant, un parent/tuteur ou un membre de ta famille. Tu peux aussi appeler un intervenant de Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868.
  • •    Contacte Cyberaide.ca : tu peux signaler un cas d’exploitation et d’abus sexuels en ligne sur  Cyberaide.ca. Les renseignements signalés à Cyberaide.ca peuvent être partagés avec la police et les services de protection de l’enfance.

Si quelqu’un a partagé une photo ou une vidéo de toi sans ta permission

Tu n’as rien à te reprocher si quelqu’un partage une photo ou une vidéo de toi sans ta permission. Personne ne mérite de voir sa confiance brisée et son droit à la vie privée brimé. Mais il faut aussi ne pas oublier que plus tu attends avant de passer à l’action, plus la photo ou la vidéo risque d’être vue et d’être difficile à contrôler. Pour limiter la distribution de ta photo ou de ta vidéo, tu peux : 

•    Demander à ce que la photo ou la vidéo soit supprimée 

Communique avec le site Web et essaie de convaincre ses administrateurs de supprimer la photo ou la vidéo. Rends-toi à l’adresse AidezMoiSVP.ca pour connaître les étapes à suivre afin de faire supprimer des photos ou des vidéos des sites Web ou pour obtenir des renseignements sur la manière de porter plainte.

•    Impliquer un adulte en qui tu as confiance

Tu n’as pas à montrer la photo ou la vidéo à l’adulte en qui tu as confiance, mais tu peux lui raconter ce qui se passe. Tu peux t’ouvrir à un membre de ta famille, un parent/tuteur, un enseignant, un intervenant ou un ami de la famille. Si tu ne sais pas comment parler avec un adulte ou à qui parler, tu peux toujours communiquer avec un intervenant de Jeunesse, J’écoute en composant le 1 800 668-6868.

•    Te protéger

Bloque de tes comptes en ligne les personnes qui te harcèlent ainsi que les gens qui ont partagé la photo ou la vidéo. Évite aussi de répondre aux commentaires blessants ou méchants, car une telle réaction pourrait empirer la situation.

•    Trouver du soutien

L’exploitation ou l’abus dont tu es victime ne définissent pas qui tu es. Il est important de trouver du soutien et de prendre soin de toi. Si tu as besoin de parler, tu peux toujours appeler Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868.

Signaler l’exploitation et l’abus sexuels en ligne

Si tu as moins de 18 ans et que tu dévoiles un cas d’exploitation et d’abus sexuels en ligne, selon la loi, l’adulte à qui tu fais un signalement doit communiquer avec des personnes qui peuvent assurer ta sécurité. Donc, si tu fais un signalement d’exploitation et d’abus sexuels en ligne à Cyberaide.ca, il se pourrait que tes renseignements ne demeurent pas confidentiels, mais tous les efforts seront faits pour te protéger.

Si tu veux parler de ce qui se passe sans nécessairement faire un signalement, tu peux toujours appeler Jeunesse, J’écoute au 1 800 668-6868. 

Si tu es en danger immédiat

Si tu es en danger ou te sens menacé, appelle les corps policiers, qui seront immédiatement en mesure d’assurer ta sécurité. Tu dois toutefois savoir que la police peut partager tes renseignements personnels avec les services de protection de la jeunesse et d’autres personnes.

Lorsque tu appelles la police, voici ce qui peut arriver :

  • •    Tu peux composer le 911 ou le numéro des services d’urgence de ta municipalité ou région.
  • •    Le répartiteur va te demander si tu veux parler à la police, aux pompiers ou au service ambulancier. Dis-lui que tu as besoin de la police.
  • •    Tu devras donner ton nom, ton adresse et ton numéro de téléphone. Tu devras peut-être aussi dire quel âge tu as.
  • •    Tu vas également devoir expliquer la situation. Si tu crois que quelqu’un que tu as rencontré en ligne sait où tu habites et que tu te sens menacé, mentionne-le.

AidezMoiSVP.ca

Ce site Web canadien contient des renseignements sur la manière de supprimer des photos ou des vidéos des sites Web, de convaincre tes pairs de cesser de partager une photo ou une vidéo, de prendre soin de toi et de parler à un adulte de confiance.

Cyberaide.ca

Ce site Web canadien est une ressource pour faire un signalement relativement à l’exploitation et l’abus sexuels des jeunes en ligne. Si quelqu’un t’exploite ou abuse de toi en ligne, tu peux en faire le signalement à Cyberaide.ca.

Si vous voudriez en connaître davantage sur ce sujet, vous pouvez communiquer avec un intervenant par téléphone ou Clavardage en direct.