Le sextage comporte-t-il des risques ?

Les risques liés au sextage

Pour certains, le sextage peut sembler être un moyen sûr d’explorer leur sexualité ou d’avoir un comportement érotique avec une autre personne. Les jeunes pensent parfois que le sextage est plus sûr que le sexe dans la vraie vie, parce que ça se passe sur le téléphone ou l’ordinateur. Mais est-il vraiment sans risque ?

Lorsque Jeunesse, J’écoute a demandé en 2013 aux jeunes leur avis sur les risques liés au sextage, ils ont répondu que ceux-ci pouvaient comprendre :

  • Le chantage : Les sextos peuvent être utilisés par la suite pour te faire chanter
  • Le caractère permanent des sextos : « Impossible d’effacer un message envoyé
  • Les impacts sur la santé émotive : Si, par exemple, des personnes ont partagé ta photo ou ta vidéo sans ton consentement (ce qui pourrait être illégal), cela pourrait affecter ton bien-être émotionnel
  • Les impacts sur la sécurité : Tu pourrais être « harcelé(e) »
  • Avoir des ennuis : Par exemple, il se peut que tu aies des ennuis si tes parents découvrent la situation

Le risque le plus important en matière de sextage est lié à la distribution (transmettre
ou partager des sextos)
, et cela s’applique tant au fait d’envoyer des sextos que d’en recevoir !

Envoyer des sextos

Rappelle-toi que même si tu partages une photo ou une vidéo au moyen d’une application qui promet qu’elle va disparaître, ta photo ou ta vidéo pourrait tout de même être enregistrée sur un téléphone ou un ordinateur. Les messages que tu créés et envoies pourraient être distribués (transmis, diffusés ou montrés à d’autres personnes) sans ton consentement. Si tu es dans une telle situation, sache que c’est inacceptable et que tu n’as pas mérité que cela se produise. Certains cas peuvent nécessiter l’intervention de la police, notamment si tu es victime de chantage, d’abus ou d’exploitation. Clique ici pour en savoir plus sur l’exploitation sexuelle en ligne. Souviens-toi, tu peux toujours obtenir de l’aide en communiquant avec Jeunesse, J’écoute.

Enregistrer des sextos

Garder des photos ou des vidéos à caractère sexuel d’autres personnes sur ton téléphone, ton ordinateur ou ton espace de stockage en nuage peut être extrêmement risqué, surtout si une personne sur une photo ou dans une vidéo est ou semble être mineure. Si tu reçois une photo ou une vidéo à caractère sexuel et que la personne qui y apparaît n’est pas celle qui te l’a envoyée, il est fort probable que la photo ou la vidéo a été transmise sans le consentement de la personne, ce qui pourrait être illégal. Même si la personne était consentante à créer et à envoyer la photo ou la vidéo, qu’il n’y a aucun indice de violence ou d’agression et que le sexto t’es destiné(e) pour ton propre plaisir, conserver des images à caractère sexuel sur ton téléphone, ton ordinateur ou ton espace de stockage pourrait te causer des ennuis. Le geste le plus sûr est de supprimer les photos et vidéos à caractère sexuel de tous tes appareils.

Distribuer (transmettre ou partager) des sextos

Transmettre, diffuser ou montrer à d’autres personnes des photos ou des vidéos à caractère sexuel d’une personne sans son consentement est illégal. Par précaution, pour te protéger et pour protéger les autres, veille à ne jamais transmettre, diffuser ou montrer des photos ou des vidéos à caractère sexuel d’une personne, peu importe de qui il s’agit.

Les risques émotionnels liés au sextage

Le sextage peut affecter notre santé émotionnelle et mentale de plusieurs façons. Certains jeunes se sentent plus aventureux à travers le sextage que ce à quoi ils sont sexuellement prêts dans la « vraie vie », ce qui peut entraîner des regrets, de l’embarras ou de l’anxiété. D’autres jeunes subissent de la pression pour pratiquer le sextage, ce qui peut leur faire vivre de la peur ou du désespoir.

Lorsqu’une photo ou une vidéo à caractère sexuel d’une personne est transmise ou diffusée sans son consentement, il est normal que la personne éprouve un sentiment de trahison, soit en colère ou déprimée, ou pense que plus rien ne sera comme avant. Si tu ressens certaines de ces émotions, sache que tu n’es pas seul(e) et que tu peux réussir à surmonter cet incident. Il existe des ressources pour t’aider à aller de l’avant. En parler à une personne de confiance est la première étape. Si tu ne sais pas trop à qui en parler, souviens-toi que tu peux communiquer avec Jeunesse, J’écoute jour et nuit. Si une photo ou une vidéo à caractère sexuel de toi a été partagée sans ton consentement, le site Aidez-moi SVP comprend des conseils et des ressources pour t’aider.

Le sextage sécuritaire, ça existe ?

Le sextage sans risque n’existe pas. Si tu souhaites vraiment pratiquer le sextage, et que tu ne ressens aucune pression de la part d’une autre personne, voici quelques conseils pour limiter les risques :

  • Ne pratique pas le sextage et ne te déshabille pas devant une webcam, particulièrement avec des personnes que tu ne connais pas et que tu as rencontrées en ligne.
  • Pratique le sextage seulement si tu te sens à l’aise de le faire et que tu ne ressens pas de pression. En d’autres termes, il faut que tu y consentes avec enthousiasme.
  • N’indique pas ton nom sur la photo ou dans la vidéo.
  • N’inclus pas ton visage ou un élément permettant de t’identifier (comme un tatouage, un piercing, tes cheveux s’ils sont reconnaissables, etc.).
  • N’inclus aucune information ou élément de ton environnement qui pourrait permettre de t’identifier (comme un objet sur lequel ton nom ou ton adresse sont inscrits, une tasse ou un drapeau avec le nom de ton école, un trophée, des détails particuliers à ta maison, etc.).
  • Si tu es victime de chantage, de contraintes, de menaces ou d’intimidation, ou si tu te sens mal à l’aise, parle de ta situation avec un adulte de confiance. Consulte notre section sur l’exploitation sexuelle en ligne pour plus d’information.

Alternative au sextage

Il existe de nombreuses façons de montrer à une personne qu’on l’aime. Prendre une photo sexy de toi et l’envoyer à la personne que tu aimes peut te sembler « facile » (ça ne prend qu’une seconde, n’est-ce pas ?), mais il y a d’autres façons de faire savoir à quelqu’un que l’on est intéressé(e).

  • Écris un courriel : Écrire tes sentiments peut t’aider à préciser ce que tu ressens. Qu’aimes-tu chez cette personne ? Comment te sens-tu par rapport à elle ? Qu’espères-tu qu’il se passe entre vous ? Après avoir écrit ton courriel, attends quelques jours avant de le relire. Certaines choses sont-elles différentes ? Si tu te sens prêt(e) à l’envoyer à cette personne spéciale, vas-y.
  • Exprime tes sentiments avec des mots plutôt qu’avec ton corps : Quand tu fais part de tes sentiments à quelqu’un, il se peut que tu constates que tu gagnerais à mieux connaître cette personne et à peut-être te rapprocher d’elle. Si tu aimes vraiment une personne, celle-ci devrait t’aimer en retour pour qui tu es, et non pour ce à quoi ressemble ton corps.
  • Fais-lui découvrir ta musique préférée : Prépare une liste de lecture, ou joue la rétro en créant un CD de chansons diverses. Les goûts musicaux sont quelque chose de très personnel et inviter quelqu’un dans son monde par l’entremise de la musique peut être un bon moyen de se rapprocher.
  • Organise une sortie : Ça ne doit pas nécessairement être un rendez-vous, mais passer du temps avec la personne que tu aimes est la meilleure façon d’apprendre à la connaître et de lui montrer qu’elle t’intéresse. Faites une promenade, allez manger une crème glacée ou regardez un film ensemble.
  • Texte sans sexto : Envoie des messages qui montrent que tu te soucies de la personne et que tu l’apprécies. Utilise des cœurs, des émoticônes ou des images, ou partage ta citation préférée avec elle.

N’oublie pas

Si la personne qui t’intéresse te met de la pression pour que tu lui envoies un sexto ou qu’elle t’a envoyé un sexto qui t’a rendu(e) mal à l’aise, ce sont des signes que vous n’êtes peut-être pas sur la même longueur d’onde ou au même stade. Fie-toi à ton instinct : le respect au sein d’une relation est essentiel et le fait de sentir de la pression de l’autre ou de se sentir mal à l’aise peut être vu comme un « signal d’alarme ».


back to top arrow Haut de page

Approuvé février 2015
par le conseil de Jeunesse, J'écoute équipe.


Est-ce que cette page t’a été utile?

ImgRateThumbsDown
ImgRateThumbsUp
Pas du
tout
Très
utile